Le personnel de Bekaert fera grève vendredi

©BELGA

Le groupe Bekaert a décidé, afin de restaurer sa performance financière, de restructurer ses activités en Belgique. Quelque 281 emplois sont menacés. Le personnel du groupe en Belgique, soit 1.900 personnes, a décidé d'arrêter le travail ce vendredi.

Afin de restaurer sa performance financière, Bekaert a l’intention de restructurer certaines activités en Belgique. La direction du groupe a informé aujourd'hui ses comités d'entreprises belges et européen des mesures proposées et de leur impact éventuel sur les activités et l'emploi en Belgique. La restructuration envisagée affecterait 281 emplois en Belgique.

La direction regrette les conséquences personnelles de ce plan et évaluera, avec les partenaires sociaux, les options permettant d'atténuer l'impact social, précise le tréfileur dans un communiqué.

L’intention de Bekaert est de rapprocher certaines activités de ses opérations dans des sites à plus bas coûts avec des délocalisations à la clé.

Par ailleurs, l’usine Dramix située à Moen en Belgique spécialisée dans les fibres d’acier pour le renforcement du béton n'est pas en mesure de rester compétitive face à la tendance actuelle en matière de prix, estime Bekaert. Son intention est donc de procéder à la fermeture de ce site et d’augmenter la capacité de production de l'usine de Dramix à Petrovice en République tchèque.

Enfin, le groupe coté sur Euronext Bruxelles, va réduire les fonctions administratives et de support "en optimisant le potentiel de standardisation, de centralisation, de sous-traitance et de délocalisation".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés