"Le plan A c'est GE, le plan B c'est Siemens, le plan C c'est une solution 'maison France'"

©Bloomberg

General Electric accepte que la date butoir d'examen de son offre soit repoussée du 2 au 23 juin, ce qui pourrait également permettre à l'allemand Siemens de concrétiser lui aussi une offre sur Alstom. Le ministre Montebourg, lui, évoque un plan C...

L'américain General Electric, candidat au rachat des activités énergie d'Alstom, accorde un délai de trois semaines supplémentaires pour l'examen de son offre.

Répondant à une demande du gouvernement français qui souhaite que l'offre de GE soit améliorée, le groupe américain explique avoir accepté que la date butoir d'examen de son offre soit repoussée du 2 au 23 juin, ce qui pourrait également permettre à l'allemand Siemens de concrétiser lui aussi une offre.

"A la demande du gouvernement français, nous avons convenu, en concertation avec Alstom, de prolonger le délai d'étude de notre offre par le conseil d'administration d'Alstom jusqu'au 23 juin", fait savoir GE dans un communiqué. "Nous avons pris cette décision pour permettre d'approfondir les discussions constructives que nous avons actuellement avec le gouvernement", poursuit le groupe américain.

A New York où il participait à une conférence, le directeur général de GE Jeff Immelt a dit s'attendre à une issue favorable. "C'est un accord qui pourra être mis en oeuvre. C'est un accord pour lequel nous avons de l'expérience. C'est un accord que nous entendons conclure", a-t-il déclaré, ajoutant que GE "savait ce qu'il faisait."

"Nous savons travailler avec les gouvernements et nous avons une excellente réputation en France", a-t-il souligné en parlant lui aussi d'échanges "constructifs".

 

♦ Quelles solutions?

Selon une source au fait des discussions entre GE et l'Etat, les deux parties cherchent toujours à trouver des solutions pour renforcer le pôle ferroviaire, confier l'éolien et l'hydroélectricité à des investisseurs français, protéger les turbines pour les centrales nucléaires et garantir des créations d'emplois.

Dans la signalisation ferroviaire, secteur dans lequel Alstom souhaite se développer, une solution "peut passer par une alliance ou une vente des activités de GE", a précisé cette source, ajoutant toutefois qu'il ne s'agissait que de "pistes de réflexion". GE s'est jusqu'ici engagé à étudier la possibilité d'une coentreprise avec Alstom dans ce domaine. Il a également annoncé son intention de faire croître le nombre d'emplois en France dans les activités rachetées à Alstom, un engagement qu'il pourrait être amené à préciser qualitativement voire à chiffrer, selon la source.

"Alstom accueille favorablement l'initiative de GE", a réagi le groupe français dans un communiqué.

Cette annonce survient alors que le gouvernement a indiqué jeudi qu'il étudiait une solution avec des capitaux français, privés et éventuellement publics, pour renforcer Alstom au cas où aucun accord ne serait trouvé avec General Electric ou Siemens.

"Le plan A c'est GE, le plan B c'est Siemens, le plan C c'est une solution 'maison France'. Public, privé, ou privé, peut-être pas public, je ne sais pas. Nous y travaillons", a ainsi fait savoir le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés