Publicité
Publicité

Le trésor de guerre de Lhoist frôle les 2 milliards d'euros

©Lhoist Industrie

L'entreprise wallonne Lhoist a clôturé l'année 2020 sur un bénéfice nettement supérieur à celui de 2019. En conséquence, ses réserves continuent de croître.

La Belgique n'a pas tant d'entreprises milliardaires. Mais, et c'est à noter dans un petit pays avec peu de ressources naturelles, l'on en retrouve pourtant plusieurs dans le secteur des matières premières: Sibelco, Lhoist et Carmeuse.

Lhoist, propriété de la famille Lhoist-Berghmans, est non seulement spécialisée dans la chaux, mais aussi dans la dolomie et un certain nombre d'autres minéraux tels que l'argile. Des matières premières qui sont utilisées dans de nombreux produits du quotidien, allant du papier au verre à l'eau du robinet en passant par le dentifrice. Le groupe compte environ 100 sites dans plus de 25 pays et emploie environ 6.700 personnes.

L'an dernier, Lhoist a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 2,2 milliards d'euros. Soit une baisse de près de 8% par rapport à 2019. La raison n'est pas à chercher bien loin: le Covid-19. En Europe et aux États-Unis, la crise a eu un impact sur la sidérurgie, principal client de Lhoist avec environ 30% du chiffre d'affaires. Les volumes dans le traitement des fumées, deuxième marché, ont également diminué.

151
millions d'euros
Malgré le Covid, le géant wallon Lhoist a enregistré l'an dernier un bénéfice net du groupe de 151 millions d'euros.

Cependant, Lhoist a pris des mesures au niveau de ses coûts et, avec une baisse de plus de 10%, a pu les réduire davantage que le chiffre d'affaires. L'on parle ici de baisse des amortissements et des réductions de valeur et de l'annulation de commissions, mais c'est surtout l'augmentation des stocks qui a eu un effet favorable sur les chiffres.

Au total, le groupe termine l'exercice sur un résultat opérationnel de 210 millions d'euros, contre 181 millions en 2019 (+16%). En raison d'un certain nombre d'autres éléments favorables, tels que l'activation d'avantages fiscaux, la différence pour le bénéfice net du groupe est encore plus élevée. Celui-ci a augmenté de plus d'un quart à 151 millions d'euros.

Pas de dividende

Néanmoins, les actionnaires familiaux, tout comme en 2019, ont choisi de ne pas se verser de dividende. Pour rappel, en 2018, il y avait eu un super dividende de 165 millions d'euros, excédant le bénéfice net.

En l'absence de dividende, les réserves financières sont montées à un peu plus de 1,8 milliard d'euros. C'est presque un quadruplement en 20 ans.

L'excédent de l'an dernier est donc à nouveau accumulé, portant les réserves financières à un peu plus de 1,8 milliard d'euros. C'est presque un quadruplement en 20 ans.

Lhoist fait rarement l'actualité avec des acquisitions, mais dépense chaque année des dizaines de millions d'euros en investissements stratégiques. Parfois de tels investissements font la Une des journaux, comme dans le cas du projet d'extension contesté de la carrière de Jemelle où une galerie-source alimente l'abbaye (dont la brasserie) et la commune de Rochefort en eau potable.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés