analyse

Les batteries électrisent le cours de l'action Umicore

©Dries Luyten

En 8 ans, la valeur d’Umicore a été multipliée par 5 en Bourse. Mais ses résultats peinent à suivre ce rythme…

L’action Umicore vole de record en record. Gare au retour de bâton. Car finalement, il n’y a pas vraiment de raison fondamentale, à ce jour du moins, qui puisse justifier sa forte hausse en un laps de temps assez court. La valeur de la société s’est gonflée en quelques semaines de près de 30% à la Bourse de Bruxelles, pour atteindre 8,5 milliards d’euros.

En huit ans, la capitalisation boursière d’Umicore a ainsi été multipliée par 5. Son résultat net, lui, par à peine… 2,2. Les bénéfices progressent de toute évidence moins vite que la valeur de la société en Bourse. Et ce n’est pas cette année que cela changera vraiment. Les dirigeants du groupe détenu à hauteur de 15% par GBL avaient indiqué au moment de la publication de ses résultats semestriels, le 31 juillet dernier, s’attendre à un résultat opérationnel (Ebit) récurrent proche de 400 millions d’euros. Soit en progrès de 14% maximum sur celui de 2016, à 1,79 euro par action. Cette année-là, la croissance avait été de 6%.

Scission de l’action en 2

Quelles peuvent bien être les raisons de l’insolente forme affichée par l’action Umicore? Rappelons qu’après Galapagos (+ 42,8%), elle est celle qui monte le plus dans le Bel 20 depuis le début de cette année, avec un gain de 40% devant KBC (+ 20,8%). La scission en deux de son action intervenue hier peut partiellement justifier cela. D’ordinaire, la perspective d’une division de titre, parce qu’elle améliore sa liquidité en Bourse, attire les investisseurs. L’action, qui avait clôturé à 75,25 euros vendredi dernier, a démarré la séance sur la base d’un cours divisé par deux.

"Nous apprécions le fort potentiel à long terme de la division ‘Rechargeable Battery Materials’."
Wim Hoste
analyste KBC Securities

Un autre élément, et il semble être plus déterminant dans l’orientation actuelle des cours de l’action, c’est la perspective du développement industriel de batteries lithium-ion. "Nous reconnaissons que l’action ne nous apparaît pas bon marché pour le court terme sur la base de ses ratios financiers. Mais nous continuons à apprécier le fort potentiel à long terme de la division ‘Rechargeable Battery Materials’ dans le cadre du développement qui va en s’accélérant de la voiture électrique", explique Wim Hoste, analyste auprès de KBC Securities. La société britannique Jonhson Matthey a récemment évalué le potentiel pour le marché des batteries pour l’automobile à entre 15 et 100 milliards de dollars, en partant d’un taux de pénétration de 4 à 25% d’ici là. "Nous pensons, dit encore l’analyste, qu’Umicore est bien placé pour être un leader certain dans le marché des batteries lithium-ion dans la prochaine décade."

On n’a pas manqué par ailleurs de constater que la hausse du cours de l’action Umicore s’est accélérée lorsqu’on a appris au début de ce mois que la Commission européenne avait programmé une rencontre au sommet sur le développement industriel de batteries lithium-ion. Des entreprises telles qu’Umicore, Solvay , BASF et Siemens étaient invitées avec l’objectif de créer une sorte d’"Airbus des batteries" en Europe, afin de réduire un retard important dans ce secteur par rapport au reste du monde.

Enfin, certains pointent encore l’évolution des prix de certains métaux comme le cobalt et le palladium (qui a franchi le cap des 1.000 USD dans la matinée) pour expliquer la bonne tenue de l’action Umicore. Encore que leur évolution positive ne va pas nécessairement dans le bon sens pour la croissance des résultats d’Umicore.

L’appréciation des analystes

Côté analyste, après une telle envolée du cours de l’action Umicore, l’enthousiasme des analystes qui se sont exprimés en octobre s’est tout naturellement réduit. Leurs objectifs de cours vont de 21,5 euros à 41 euros. Wim Hoste (KBC Securities) qui "accumule" le titre voit son cours monter jusqu’à 39 euros.

Selon des données fournies par Bloomberg, Umicore se traite à 30 fois les bénéfices engrangés lors des douze derniers mois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés