Les sous-traitants de Caterpillar tentent de faire face

©Photo News

A Paliseul, Fleurus et Sombreffe, Devilca, Lestco et Carwall s’organisent déjà depuis plus de six mois pour faire face à la chute des commandes de leur grand donneur d’ordre.

Si l'ampleur de la purge annoncée chez Caterpillar a surpris tout le monde, les sous-traitants de ce grand donneur d’ordre avaient, eux, depuis de nombreux mois déjà, anticipés la situation. Depuis le milieu de l’an dernier, les prévisions de fournitures livrées par CAT Gosselies à leurs principaux sous-traitants étant en forte baisse, forçant donc ceux-ci à réduire la voilure.

Néanmoins, "les dispositifs sociaux utilisables en Belgique permettent de faire le gros et surtout, insistent ces patrons de sous-traitants, de conserver en leur sein la main d’œuvre compétente".

Parfois, le dispositif de survie doit être plus contraignant et passer, comme c’est le cas pour Devilca à Paliseul, par une procédure de réorganisation judiciaire. "En 2012, nous avons perdu, avec les restrictions de commandes de Caterpillar, quasi la moitié de notre chiffre d’affaires et, à ce jour, rien n’indique que les choses iront beaucoup mieux en 2013 " constate Robert Wagner, président de la société Devilca.

Dès le milieu de l’an dernier, ce concepteur et fabricant de réservoirs pour engins de génie-civil avait déjà mis à pied l’ensemble de ses intérimaires. Dans le même temps, un chômage de longue durée était instauré et ce 8 février, Devilca décidait donc de se mettre à l’abri de ses créanciers en demandant et obtenant une réorganisation judiciaire.

"Caterpillar, quand il tournait à plein régime, a été jusqu’à nous demander de nous agrandir pour pouvoir suivre les commandes " se souvient Wagner. Depuis quelques mois, contraint et forcé, Devilca cherche au pas de charge à diversifier sa clientèle " mais les procédures d’approbation prennent au minimum six mois " dit-on à Paliseul. Dès la fin de cette année, Devilca entend bien être en ordre de marche pour faire de Caterpillar " un client comme un autre ".

La société Lestco installée à Fleurus et spécialisée dans la  fabrication avait déjà anticipé l'annonce de son client qui représente 60% de son chiffre d'affaires. " Nous avons réduit la voilure dès le milieu de l’an dernier et nous mettons tout en œuvre depuis pour conserver notre personnel " explique Patrick Timmerman, CEO de Lestco.

Cette société belge est également présente depuis peu, pour le même produit, au pied de l’usine CAT de Grenoble " mais ici avec des perspectives de production moins négatives ".

Chez Carwall à Sombreffe, unité qui fabrique à 90% des cabines en sous-traitance pour Caterpillar avec un peu plus de 300 travailleurs, les syndicats semblent plus inquiets. Toutefois ici aussi, il semble qu’on ait anticipé la chute du carnet de commandes de CAT avec la suppression progressive des contrats à durée déterminée et l’organisation d’un chômage de longue durée.

Des dispositions qui devraient permettrent, à Paliseul , Fleurus et Sombreffe, de passer le cap en limitant les dégâts sociaux.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés