Publicité

Nyrstar évalue son parc de mines

©Dries Luyten

Le CEO par interim Heinz Eingner présentait les résultats trimestriels du groupe pour la dernière fois. Un nouveau directeur a été trouvé pour le remplacer. Côté résultats, le dollar fort par rapport à l'euro a été favorable à l'entreprise. Il a compensé la faiblesse du cours du zinc au premier trimestre.

Depuis que Roland Junck a été remercié par Nyrstar, c'est l'Allemand Heinz Eigner qui a repris la direction de Nyrstar. Cette nomination était provisoire, le temps pour le conseil d'administration de trouver la perle rare. En marge de l'annonce de ses résultats trimestriels, Nyrstar confirme qu'il a identifié le candidat idéal pour le poste et que ce dernier a accepté son offre. En revanche, aucun nom n'a été donné.

Deux autres nominations ont eu lieu dans le conseil d'administration de Nyrstar. Christopher Cox a été approuvé comme administrateur non-exécutif. Plus surprenant, Martyn Konig a été nommé administrateur indépendant. Sa candidature, proposée par l'actionnaire principal, Trafigura, n'avait pas été soutenue par Nyrstar il y a quelques semaines. Ses liens étroits avec Trafigura n'avaient pas plu au conseil d'administration du groupe. Les actionnaires ont finalement approuvé la nomination de ce dernier à 83% des suffrages.

Les actionnaires ont également validé, à 97%, la proposition du conseil d'administration de renommer Karel Vinck au poste d'administrateur. Le président du conseil d'administration, Julien De Wilde, a néanmoins annoncé le besoin de trouver un nouvel administrateur au profil industriel, voué à remplacer Karel Vinck l'an prochain.

L'assemblée a désapprouvé le rapport de rémunération 2014, aux trois quarts des voix. Le président n'a pas semblé inquiet, il a également démenti le fait que cela puisse avoir une rapport avec le parachute doré de Ronald Junck, qui était encore administrateur délégué jusqu'en novembre dernier.

Lors de son introduction, Julien De Wilde a reconnu que Nyrstar connaissait des temps difficiles. Le directeur financier, administrateur délégué par intérim, Heinz Eigner, a avoué qu'une étude des performances de toutes les mines était en cours. Les deux hommes ont annoncé que certaines d'entre elles pourraient être vendues ou fermées si elles n'étaient plus rentables.

Un premier trimestre en hausse

Nyrstar a commencé l'année sur un meilleur rythme qu'en 2014. Au terme du premier semestre 2015, le spécialiste du zinc a vu son chiffre d'affaires augmenté de 25% à 791 millions d'euros contre 634 millions il y a un an. Principale raison de ce début d'année en fanfare, la parité euro-dollar favorable. L'appréciation du billet vert malgré le manque de vigueur du cours du zinc. Nyrstar table par ailleurs sur une amélioration à court terme du prix de son métal de prédilection.

©Rien Zilvold / HH

En ce qui concerne les revenus, l'EBITDA du premier trimestre de Nyrstar a plus que doublé par rapport aux trois premiers mois de l'année 2014. Il s'affiche à 68 millions d'euros, en hausse de 113% sur la période. C'est encore la division Traitement des métaux qui tirent les résultats du groupe vers le haut. Le segment minier aura besoin de plus de temps pour retrouver la solidité opérationnelle et financière. Le géant belgo-australien a décidé d'interrompre les opérations à Myra Falls et à Campo Morado afin de résoudre de manière réfléchie les difficultés spécifiques aux sites. Les résultats ont notamment été impactés négativement par les problèmes opérationnels rencontrés sur ces deux sites de Nyrstar.

Réduction des dépenses

Malgré l'amélioration de ses performances, Nyrstar joue la carte de la prudence. Le groupe va réduire ses dépenses d'investissement de 80 millions d'euros.  Les dépenses de maintien vont être réduites et certains investissements prévus dans le cadre du vivier de projets de croissance du segment Traitement des métaux vont désormais être exécutés sur une plus longue période. 

©Talvivaara

En marge de ses résultats, la société planche actuellement sur une procédure de cession des actifs miniers au Pérou. Elle continuera par ailleurs à exploiter et à optimiser ses autres actifs miniers qui montrent des signes d'amélioration, les volumes de production de métal étant plus réguliers et les indicateurs retardés de sécurité et de santé montrant des améliorations substantielles.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés