Nyrstar investit 2 millions d'euros dans une nouvelle ligne de fusion

La nouvelle ligne de production de zinc à l'usine de Nyrstar à Baelen devrait être opérationnelle dès cette année. ©Dries Luyten

Nyrstar compte ouvrir prochainement une nouvelle ligne de fusion. Cet investissement doit permettre au producteur de zinc de suivre la demande européenne.

Nyrstar poursuit ses investissements dans son usine à Baelen, dans la province d'Anvers. L'entreprise va lancer le déploiement d'une nouvelle ligne de fusion. Cette dernière permettra d'accélérer la production de zinc à galvaniser dont la demande est en hausse sur le marché européen.

"Depuis l'acquisition par Trafigura, de nombreux nouveaux grands projets sont sortis de terre, ce qui montre que l'on croit en la compétence de notre équipe belge."
Inge Schildermans
CEO de Nyrstar

L'investissement se chiffre à deux millions d'euros et sera accompagné d'une série d'engagements. Pour l'heure, l'entreprise n'a toutefois pas encore précisé dans quelle mesure elle compte recruter.

En janvier dernier, la société avait déjà annoncé un autre investissement, cette fois de 30 millions d'euros. Il était ici question de développer "l'une des plus grandes stations de stockage d’énergie par batterie de Belgique." Le projet vise le développement d'une batterie de 100 MWh pouvant stocker 25 MW pendant plus de quatre heures.

Conflit avec les actionnaires minoritaires

"Depuis l'acquisition par Trafigura, de nombreux nouveaux grands projets sont sortis de terre, ce qui montre que l'on croit en la compétence de notre équipe belge", explique la CEO Inge Schildermans. La nouvelle ligne devrait être opérationnelle dès cette année.

On se rappellera que lorsque Nyrstar est passé dans les mains de Trafigura (en 2019), le changement de l'actionnariat ne s'est pas fait sans bruit.

On se rappellera que lorsque Nyrstar est passé dans les mains de Trafigura (en 2019), le changement de l'actionnariat ne s'est pas fait sans bruit. Un groupe d'actionnaires minoritaires sont d'ailleurs toujours en conflit ouvert avec l'ancienne direction. Ils estiment avoir été dépouillés de leurs actifs.

En novembre dernier, le groupe d'actionnaires minoritaires ont décidé d'interjeter appel d’une décision rendue le 30 octobre par le tribunal de l’entreprise d’Anvers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés