Picanol/Tessenderlo: comment rallier les actionnaires rebelles?

Luc Tack (Picanol) et Stefaan Haspeslagh (Tessenderlo Group). ©Thomas De Boever

L'assemblée générale extraordinaire de Tessenderlo et Picanol prévue le 23 février n'a guère de chance d'obtenir la majorité requise dans le cadre de la fusion proposée. A la place, les conseils d'administration des deux sociétés lancent des consultations.

Le nombre d'actions déposées en vue de l'AG extraordinaire du 29 janvier montre clairement que le quorum de 50% ne sera pas atteint. Et "sur base des instructions de vote il semble que la proposition actuelle n'atteigne pas avec certitude une majorité de 75% lors de la deuxième assemblée planifiée le 23 février", expliquent Tessenderlo et Picanol dans un communiqué.

Bref, la fusion semble avoir du plomb dans l'aile... Que faire? Les conseils d'administration des deux sociétés vont consulter.

Picanol et Tessenderlo ont entamé des discussions pour voir de quelle manière les conditions de la transaction pourraient être améliorées afin d'obtenir l'approbation des actionnaires. Les deux groupes promettent de communiquer quand tout ça sera plus clair... L'AG prévue le 23 février est postposée.

Une fronde? ISS, un groupe qui conseille plus de 1.500 fonds et investisseurs institutionnels dans le cadre de fusions et d'acquisitions, dit ne pas comprendre les motivations stratégiques de la fusion et ne voit pas les synergies qui pourraient être dégagées. Cette fusion ne servirait que les intérêts de Luc Tack, le patron du groupe, selon ISS.

La fusion annoncée rencontre des obstacles... ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés