Publicité

Recticel réalise sa plus importante acquisition

Olivier Chapelle, le CEO de Recticel. ©Photo News

Le spécialiste des mousses et isolations va débourser un quart de milliard pour acquérir son concurrent FoamPartner. L'avenir de sa division literie est examiné dans la foulée.

Recticel a annoncé ce mardi l'acquisition de FoamPartner auprès du groupe suisse Conzetta. Montant de l'opération? "Un prix raisonnable", selon Olivier Chapelle, CEO, à 270 millions de francs suisses (250 millions d'euros) en cash, dont quelque 20 millions seront payables en janvier 2022.

Ce prix représente un multiple de 8,6 fois l’ebitda moyen de 2109-2020, mais signe aussi et surtout la plus importante opération réalisée par le spécialiste belge des mousses et de l'isolation – qui fournit notamment les panneaux protégeant l'intérieur des fusées de SpaceX d'Elon Musk des vibrations sonores – depuis qu'il s'est affranchi de la Générale en 1998.

Basé en Suisse, FoamPartner est, tout comme Recticel, spécialisé dans les mousses de polyuréthane. L'entreprise offre environ 20 sortes de mousses de spécialité et des solutions sur mesure pour des applications industrielles, de mobilité ou de confort. La société dispose de 12 sites en Europe, aux États-Unis et en Chine et emploie 1.100 personnes.

L’an dernier ses ventes se sont élevées à 297 millions de francs suisses (soit 275 millions d'euros).

Pacifique et Amérique en vue

Selon Recticel, cette acquisition va lui permettre d’accélérer sa croissance dans des activités à haute valeur ajoutée focalisées sur l’innovation. Elle lui donnera aussi  l’occasion de renforcer sa présence dans les mousses de spécialité, et ce, plus particulièrement sur les marchés APAC (Asie-Pacifique) et d’Amérique du Nord connaissant un rapide développement.

"L'acquisition de FoamPartner marque une étape importante dans la réorientation stratégique du portefeuille de Recticel."
Olivier Chapelle
CEO de Recticel

Le groupe signale aussi que cette acquisition sera relutive pour ses marges lors de la première année de consolidation et qu’il résultera des synergies de 14 millions d’euros d’ici 2023.

Matelas dans la balance

Cet achat, dont la finalisation devrait intervenir au courant du premier trimestre de l'année prochaine, sera financé par une facilité de crédit syndiquée qui a été entièrement organisée et souscrite par KBC Banque. Belfius Banque et BNP Paribas Fortis y participent également. Quand Recticel a été conseillé dans l'opération par JP Morgan et le vendeur par Lincoln International.

Outre cette acquisition, Recticel signale au passage qu’elle a lancé un examen stratégique pour évaluer l’avenir de la division "bedding" au sein du groupe qui entend désormais faire de l’isolation et des mousses de spécialité ses fers de lance.

Ces deux divisions présentent en effet des marges plus élevées que l'activité de développement, de production et de commercialisation de matelas pour laquelle le groupe est connu via les marques Lattoflex et Beka notamment.

3 Questions à Olivier Chapelle

Les analystes ont été surpris par cette annonce, s'attendant plutôt à un renforcement dans l'isolation…

Pourtant, on le répète depuis plusieurs trimestres, si pas même depuis plusieurs années: Recticel a décidé, par la voie de désinvestissements dans certaines activités, de se renforcer dans les segments à plus forte valeur ajoutée. "Les" segments, pas "le". Ces segments sont, d'une part, l'isolation qui est un business régional – l'Europe – pour nous sur le domaine de la construction et est une commodité; et, d'autre part, les mousses techniques où là on est sur un business global qui touche le marché industriel en général avec une spécialité.

Pour autant, vous vous êtes désengagés plus tôt dans l'année de la joint-venture Eurofoam, précisément active dans le domaine de votre cible suisse du jour. Pour quelle raison?

Elle est triple. De un, nous ne contrôlions pas pleinement cette joint-venture, mais la co-contrôlions. De deux, notre partenaire d'alors s'est associé à Kingspan (société irlandaise active dans les matériaux de construction, NDLR) dans une opération hostile de tentative de rachat de notre entreprise – on n'a pas aimé. Enfin, de trois, cette JV était basée essentiellement sur des mousses "confort", soit de commodité.

Sur cette base, on a décidé de vendre. Une décision d'autant plus justifiée que l'on achète ici moins cher ce que l'on a vendu alors, tout en obtenant le contrôle à 100% d'un acteur qui nous est parfaitement complémentaire, actif dans un domaine très profitable. D'ailleurs, cette acquisition sera immédiatement contributive positivement aux marges du groupe, FoamPartner présentant une profitabilité supérieure à celle de notre division mousses techniques et même de notre groupe.

Qu'est-ce qui a été le déclencheur dans ce rachat? On imagine que la société devait être sur le radar de longue date…

Je ne peux pas en dire énormément si ce n'est que FoamPartner est probablement notre meilleur concurrent – ce qui est un compliment. It was a once in a lifetime opportunity. En fait, de notre côté, nous avions une intention de nous renforcer dans le secteur. De son côté, Conzetta, leur maison-mère, voulait se concentrer sur un autre business, dans des solutions à haute valeur ajoutée pour l'usinage de tôles (Bystronic, NDLR). Ici, on est dans un win-win absolu, marqué par une opportunité énorme de création de valeur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés