Sambrinvest et MecaTech s'allient pour favoriser l’industrie 4.0

Anne Prignon, administratrice déléguée de Sambrinvest, et Anthony Van Putte, CEO de MecaTech. ©Valentin Bianchi / Hans Lucas

Un programme d'accompagnement et un prêt ad hoc, voilà la proposition de MecaTech et Sambrinvest pour accompagner le futur numérique des entreprises hennuyères.

L’industrie 4.0, c'est le futur du tissu industriel wallon. On en parle beaucoup, mais ce n’est pas toujours très concret et les entreprises se posent beaucoup de questions sur ce que cela peut représenter pour elles. "L’industrie 4.0 est une étape technologique clé dont la Wallonie doit se saisir comme d'une opportunité pour redéployer son tissu industriel", nous explique Anthony Van Putte, CEO du Pôle MecaTech. Pour aider les entreprises à tracer leur chemin vers cet objectif, le Pôle MecaTech a pour mission d'accompagner les PME wallonnes dans leur transformation numérique. Ce pôle a créé un programme d’accompagnement baptisé "Factory 4.0". D’une durée de 10 jours, le programme prend aujourd'hui une nouvelle dimension avec un partenariat entre MecaTech et Sambrinvest, le fonds public d'investissement carolo.

"On n’a pas la prétention de révolutionner la stratégie des entreprises. "
Anthony Van Putte
CEO de MecaTech

L’objectif du programme est de permettre à l'entreprise qui y participe de bénéficier d’un diagnostic complet et d'un plan d’action ciblé afin d’accélérer sa transition numérique. Mais le coût lié à cette transformation a été ciblé comme étant un réel frein. C'est là que Sambrinvest intervient. En sus du programme, l’invest carolo va proposer un prêt spécifique - le "Prêt 4.0" - qui doit permettre aux PME de mettre en œuvre rapidement et efficacement le plan d’action issu de leur accompagnement.

Réussir à intéresser les entreprises

Dix jours d’accompagnement cela peut paraître court, mais pour Anthony Van Putte ce n’est que le début d’un long chemin. "On n’a pas la prétention de révolutionner la stratégie des entreprises. En 10 jours, on peut poser le problème avec notre recul et trouver d’autres entreprises pour répondre à ce problème. On fait une revue de l’ensemble de l’entreprise, on analyse les freins et on fait des recommandations. Derrière ce sont des centaines de jours de travail pour l’entreprise." Pas de profil type d'entreprise pour ce programme et ce prêt, nous précisent les deux acteurs wallons. Pour Sambrinvest, c’est aussi une manière d’intéresser les entreprises à cette thématique et potentiellement les accueillir dans son giron. Les montants des prêts dépendront des projets envisagés par les entreprises. Concrètement l’argent du prêt devrait servir à financer du matériel, des capteurs ou du hardware, mais aussi servir à la formation et à l’engagement de nouveaux profils, nous précise Anne Prignon, administratrice déléguée de l'invest hennuyer.

Les deux acteurs wallons espèrent attirer un maximum d’entreprises malgré, selon eux, un manque d’information sur la nécessité de se digitaliser pour les entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés