Un deuxième candidat pour la reprise de Durobor

©Dieter Telemans

Le tribunal de commerce de Mons va placer la gobeleterie Durobor en réorganisation judiciaire (PRJ). Après cette annonce, les syndicats ont laissé entendre qu'un second candidat "sérieux" a manifesté son intérêt pour une reprise de l'entreprise wallonne.

Le ciel s'éclaircit donc au-dessus de la gobeleterie de Soignies. Un deuxième candidat sérieux est en lice pour la reprise de Durobor, a-t-on appris auprès des syndicats, après l'annonce par le tribunal de commerce de Mons, du transfert de la gobeleterie sous autorité judiciaire.   

A la suite de la décision du gouvernement wallon, jeudi dernier, de soutenir la démarche de sauvetage de l'entreprise par la SOGEPA, le tribunal de commerce de Mons a donc décidé de ne pas acter la faillite.

Pour rappel, la Sogepa avait refusé l'aveu de faillite de l'entreprise wallonne lors de l'audience du tribunal de commerce de Mons du 11 avril dernier, proposant de supporter le passif de l'entreprise jusqu'au 30 juin et, ainsi, de permettre à Durobor de continuer à fonctionner en attendant des solutions de reprise potentielle.

Ce qui a été décidé à ce jour

→ La SOGEPA, qui avait refusé l'aveu de faillite lors de l'audience du tribunal du 11 avril dernier, supportera le passif de l'entreprise et les salaires des travailleurs jusqu'au 30 juin.

→ Un accord est donc intervenu sur le paiement des salaires du mois d'avril. Selon la CSC, le tribunal de commerce de Mons a désigné lundi un mandataire de justice pour accompagner la procédure de réorganisation judiciaire.

→ Les lignes de production de la gobeleterie seront relancées le 2 mai prochain. "Le 'factoring' ne sera plus bloqué et les commandes de matières premières seront réalisées ce vendredi pour permettre à l'usine de redémarrer", a-t-on indiqué du côté du SETCa-Centre.    

La suite du programme

Des contacts réguliers avec deux candidats repreneurs de Durobor sont en cours. L'identité de ces candidats n'a, pour l'heure, pas été communiquée. La reprise de l'entreprise devra être actée avant le terme de la période de sauvetage par la SOGEPA, le 30 juin prochain. D'ici-là, les travailleurs évolueront dans les mêmes conditions de travail et salariales.

Alors que la Sogepa souhaite la nomination d'un manager de crise, à la place des deux administrateurs délégués (Guy Kuypers et Frédéric Jouret, également actionnaires minoritaires via Decover dans Holsoi), Durobor Production estime que ceux-ci pourraient rester en poste. Mais si on les remplace, il faut changer le conseil d'administration. La Région devrait prendre ses responsabilités et nommer des administrateurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés