Publicité

Bpost va réunir colis et courrier sous le même toit

Les centres de tri de bpost traitent un gros volume de colis pour le compte d'Amazon, d'où l'inquiétude suscitée par le recours de ce dernier à d'autres partenaires. ©BELGA

L'opérateur postal poursuit sa mue en décidant de fusionner ses activités courrier et colis. Les syndicats approuvent le projet. Ils craignent toutefois Amazon.

Bpost entend réagir à la fonte continue du volume des lettres. En cinq ans, le volume de courrier a chuté de 31%, et le mouvement n'est pas près de s'arrêter. La société a, dès lors, décidé de fusionner ses divisions Mail&Retail (courrier) et Parcels&Logistics (colis), ainsi que l'a annoncé le journal Le Soir.

-31%
chute du volume de courrier
Ces cinq dernières années, le volume de courrier traité par bpost a chuté de 31%.

Une information guère démentie par bpost, dont les règles de communication liées à la cotation en Bourse et le dialogue avec les représentants du personnel empêchent de confirmer officiellement le projet. "Ce rapprochement est devenu nécessaire pour éviter tout choc social" explique toutefois une source interne. "Il va falloir transférer vers l'activité colis le personnel qui deviendra excédentaire dans le courrier, suite à la baisse des volumes. C'est un processus qui est lancé et qui va se mettre en place petit à petit. On prépare les quinze ans qui viennent. Tout cela va se faire en prenant le temps, afin de conserver les compétences."

Bpost aurait par ailleurs décidé de ne plus abonder sa filiale américaine de logistique d'e-commerce Radial en nouvelles mises de fonds. "Si elle veut financer son développement, Radial devra puiser dans ses fonds propres, trouver de l'argent aux États-Unis", selon le quotidien.

Ces décisions interviennent alors qu'au début du mois, Amazon a commencé à confier une partie de ses colis à des sous-traitants locaux plutôt qu’à bpost pour les livraisons à domicile (dernier km) dans les zones les plus densément peuplées. Amazon veut "élargir son réseau de partenaires en Belgique dans un contexte d'augmentation de la demande, tout en continuant à travailler avec bpost", selon Le Soir.

Les syndicats l'avaient eux-mêmes suggéré

Du côté des organisations syndicales, les premières réactions au projet de fusion sont positives. À la CGSP (socialiste) comme à la SLFP (libéral), on juge le projet favorablement. À la CSC Transcom (chrétien), on approuve aussi la fusion, mais on déplore l’absence de communication.

"Cette réorganisation va supprimer les doublons et optimiser la structure. Ce sera plus efficace en termes de coûts."
Thierry Tasset
Secrétaire général, CGSP Poste

"Bpost en revient à son ancienne structure", remarque Thierry Tasset, secrétaire général à la CGSP Poste. "Bpost se dispersait trop, avec deux types de commerciaux qui se disputaient les mêmes clients, embraie-t-il. Ils proposaient parfois le même service, mais pas au même prix! Cela va supprimer les doublons et optimiser la structure. Ce sera plus efficace en termes de coûts."

Il ne pense pas que cette réorganisation entraînera "un tsunami social", compte tenu de la vigueur de l'e-commerce. Et la fusion ne devrait pas toucher aux acquis sociaux, car les deux business units sont soumis à la même commission paritaire et au même règlement.

"On refait une structure belge très forte, un bateau amiral supervisé par le groupe, et qui aura un regard sur tout ce qui se fait dans les filiales", ajoute Tasset.

Même satisfecit au syndical libéral SLFP (fonction publique). "Il y a une certaine logique dans ce projet de fusion, souligne son président pour le secteur Poste Paul Herregodts. Une personne deviendra le patron pour l'ensemble, ce qui sera aussi une bonne chose."

À la CSC Transcom, Eric Loones regrette d'avoir appris le projet par la presse. "Cela aurait pu susciter un mouvement de panique du personnel, dont on nous aurait tenus pour responsables", note-t-il. Sur la fusion proprement dite, il relève que les syndicats avaient eux-mêmes demandé un tel regroupement. "Cela contribuera à réduire les coûts de fonctionnement, à rationaliser la structure et à augmenter l'efficacité, de manière à mieux absorber les pics de volumes de colis", dit-il.

Amazon reste une menace

Il approuve également le projet qu'on prête à bpost de ne plus financer Radial depuis la Belgique: "J’espère que les montants ainsi dégagés serviront à moderniser l'entreprise plutôt qu'à enrichir ses actionnaires", dit-il en évoquant les exigences sans cesse plus élevées des grands clients de l'e-commerce.

"Dans certains centres de tri de bpost, Amazon représente jusqu'à 30% des colis traités."
Eric Loones
Permanent national Postes, CSC Transcom

"Le dernier point est plus inquiétant, poursuit Eric Loones: Amazon." Le groupe américain "avait déjà laissé entendre qu'il voudrait créer une structure de distribution propre en Belgique. On comprend qu'il veuille s'assurer les services de plus d'un partenaire de distribution, mais ce qui nous inquiète est qu'il s'accorde avec d'autres sous-traitants dans les zones les plus densément peuplées, là où c'est le plus rentable pour eux. Dans certains centres de tri de bpost, Amazon représente jusqu'à 30% des colis traités. Si bpost perdait ces volumes, cela aurait un impact sur ses principaux centres de tri, Bruxelles, Anvers, Charleroi et Gand, et au-delà sur ses bureaux dans ces zones."

Le résumé

  • Bpost poursuit sa mue en décidant de fusionner ses business units courrier et colis, selon le journal Le Soir.
  • Les trois syndicats approuvent a priori le projet, synonymes selon eux de gain d'efficacité et d'économies de coûts sans impact sur l'emploi.
  • Les organisations représentatives des travailleurs du groupe avaient d'ailleurs proposé elles-mêmes pareil rapprochement.
  • À la CSC Transcom, on s'inquiète davantage des projets d'Amazon en Belgique: son choix de recourir à d'autres sous-traitants pour distribuer ses colis sur le "dernier kilomètre" dans les zones les plus peuplées pourrait affecter les volumes traités par bpost.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés