Bpost va-t-elle s'emballer en bourse comme sa concurrente batave?

Pour le deuxième trimestre, l’Ebit de bpost devrait dégringoler de 65% à 37,5 millions, estiment les analystes. ©Photo News

Dans la foulée de la publication de résultats supérieurs aux attentes grâce aux colis, l’action PostNL a bondi de 11,55% en bourse. Bpost suivra-t-elle le même chemin? Réponse très bientôt.

Mardi après bourse, bpost livrera ses résultats pour le deuxième trimestre. En guise d’avant-goût, on peut déjà jeter un œil sur ceux que son concurrent néerlandais PostNL a dévoilé lundi matin.

Et là, c’est du solide puisque les attentes des analystes ont été dépassées. Le marché n’a pas manqué de saluer cette performance en propulsant le titre de 11,55%. Les revenus de PostNL ont grimpé de 16% au 2e trimestre à 789 millions d’euros grâce surtout  au bond de 25% observé dans les colis. Même les revenus tirés du courrier affichent une progression de 3,4% dans des volumes en déclin. Enfin, l’Ebit normalisé, lui aussi supérieur aux estimations, a bondi de 38,5%. 

Face à ce beau bilan, KBC Securities conseille désormais un achat de la valeur et a relevé son objectif de cours à 2,7 euros contre 1,5 euro.

Quid du dividende?

Peut-on s’attendre à un topo trimestriel du même acabit dans le chef de bpost qui, lundi, a surfé en bourse (+2,82%) dans le sillage de PostNL?

-47
%
Depuis le début de l'année, et avant ce lundi matin, l'action bpost a dégringolé de 47%.

On rappellera d’abord qu’à l’issue des trois premiers mois de l’année, les revenus de l’opérateur postal belge ont progressé de 3,1% à 935 millions d’euros soutenus par les colis et que son Ebita ajusté a chuté de 21% à 76 millions d’euros.

Et surtout, le groupe a annulé ses prévisions pour 2020 et a décidé de suspendre son ambition de distribuer un minimum de 85% de son résultat net. Bpost décidera d’une nouvelle politique en la matière quand il disposera de plus de visibilité sur l’impact de la crise sanitaire à plus long terme, avait-il précisé début mai. "Le dividende pourrait être limité à 0,35-0,40 euro dans le cas où bpost déciderait d'en payer un", estimait alors un analyste.

Consensus en berne

Selon les estimations moyennes des analystes financiers, les revenus du deuxième trimestre devraient atteindre 910,3 millions d’euros en baisse de 3% par rapport aux 935,7 millions d’il y a un an. L’Ebit, pour sa part, dégringolerait de 65% passant de 107,5 millions à 37,5 millions d’une année sur l’autre.

Bien entendu, les performances de la filiale américaine Radial seront scrutées attentivement.

Bien entendu, les performances de la filiale américaine Radial seront scrutées attentivement. Le consensus s’attend à des revenus de 264 millions d’euros tirés des colis aux États-Unis contre 239 millions d’euros un an auparavant. Mais ils anticipent toujours un Ebit négatif à hauteur de 3 millions contre -0,5 million un an plus tôt.

Rien de bien fameux donc à première vue. Si bpost parvient à battre le consensus, cela permettrait à l’action de se requinquer quelque peu. Depuis le début de l’année, elle a perdu près de la moitié de sa valeur (-47%).

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés