Brink's: le personnel est en grève

Brink's

Le plan de réforme annoncé par la maison-mère américaine Brink's fâche le personnel. Toutes les bases du personnel sont à l'arrêt depuis jeudi matin. Ce plan prévoit, entre autres, la fermeture du site de Strepy qui compte 60 travailleurs.

Afin de protester contre le plan de réforme de l'entreprise de gardiennage Brink's, le personnel avait menacé d'arrêter l'activité de ces différents sites. C'est chose faîte sur les sites de Machelen, Gand, Hasselt et Strépy. "Pour l'heure, tout est bloqué au niveau de nos bases, mais nous n'avons toujours aucun contact avec la direction", a précisé Valérie Vanwalleghem, du SETCa.

Outre la fermeture du site de Strepy, la réforme vise à faire passer les transporteurs sous statut ‘ouvrier’ avec modification des conditions de travail et conditions salariales. Avec cette mesure, la direction américaine souhaite écarter les effets de la concurrence et permettre à l'entreprise de réaliser à nouveau des bénéfices.

"La direction veut faire table rase des conventions collectives de travail et des acquis, sans concertation ni garanties, ce que nous ne pouvons accepter. Nous sommes convaincus que les problèmes financiers ne découlent pas du statut employé, mais de la conséquence de problèmes dénoncés à maintes reprises : feuilles de route irréalistes, heures supplémentaires structurelles, manque de matériel en bon état, pas de politique commerciale" dénoncent les syndicats.

Une nouvelle concertation avec la direction n'est pas encore à l'ordre du jour. "On nous a seulement dit que nous devions apporter une réponse aux propositions pour le 5 novembre. Je suis certain que leur menace d'arrêter leurs activités en Belgique est du bluff. L'arrêt des contrats actuels coûterait énormément d'argent", a estimé le secrétaire syndical Marc Geerinck (CSC). Ce dernier prévoit de sérieux problèmes pour l'économie si la grève se poursuit. Si c'est le cas, l'approvisionnement des billets et de la monnaie va manquer dans une série de banques et de distributeurs automatiques et l'argent ne sera plus enlevé de magasins comme Carrefour.

Environ 500 personnes travaillent pour Brink's Belgique. En novembre 2009, vingt-quatre travailleurs avaient déjà été licenciés et une vingtaine d'autres en février 2010.

 

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés