Des pertes d'emplois probables chez Van Gansewinkel et Shanks

©BELGAIMAGE

Les économies souhaitées dans la fusion de Shanks et Van Gansewinkel pourraient se traduire par des pertes d'emplois. Les deux groupes sont en effet présents en Belgique et aux Pays-Bas.

Craintes pour l'emploi chez Van Gansewinkel. La société britannique, Shanks, qui a récemment acquis l'entreprise néerlandaise de traitement des déchets, affirme en effet que ce rachat va coûter des emplois. La Belgique ne devrait pas être épargnée. Shanks et Van Gansewinkel sont actifs tous les deux en Belgique et aux Pays-Bas.

La fusion a été entérinée en juin dernier dans un accord de principe. Des discussions sont actuellement en cours pour finaliser l'opération.

Shanks espère que ce rapprochement permettra à la nouvelle entité d'économiser en trois ans quelque 40 millions d'euros. La moitié de cette économie sera obtenue par la fusion des deux sièges sociaux et des fonctions de support. Ensuite, l'analyse des départements "doublons" sera opérée. L'impact concret sur le personnel n'a pas encore été précisé.

Van Gansewinkel indique de son côté, que les pertes d'emplois devraient être minimes, à savoir celles traditionnellement enregistrées lors des fusions. Le porte-parole insiste que rien n'est à cette heure confirmé.

Shanks Group emploie quelque 3.500 personnes, principalement aux Pays-Bas, en Belgique, au Royaume-Uni et au Canada. Van Gansewinkel compte lui 4.350 salariés aux Pays-Bas et en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés