Publicité
interview

Dirk Tirez, CEO de bpost: "La crise Covid a démontré l'excellence de notre stratégie de transformation"

Dirk Tirez estime que bpost joue un rôle d'ascenseur social en interne et incarne un visage humain dans le monde digital à l'extérieur. ©BELGA

Le nouveau CEO de bpost veut poursuivre la mue de l'entreprise en opérateur de logistique d'e-commerce à l'international, mais aussi incarner un champion vert.

Après quatre mois d'intérim assuré brillamment, Dirk Tirez a hérité lundi soir du poste de CEO à part entière chez bpost. Le successeur de Koen Van Gerven puis Jean-Paul Van Avermaet confirme la stratégie de transformation que nombre de concurrents ont copiée. Dans son discours, il mêle habilement rentabilité, rôle social, sociétal et environnemental.

Étiez-vous candidat au titre de CEO depuis le début de votre intérim à ce poste en mars? Ou l'êtes-vous devenu en cours de route?

Ma position a toujours été que le conseil d'administration devait, sur base de la proposition du comité de rémunération et nomination, choisir le meilleur candidat dans l'intérêt de l'entreprise.

"Ce n'est pas Dirk Tirez qui importe pour bpost, mais bien de trouver le meilleur candidat pour piloter l'entreprise et donner un futur à ses 36.000 travailleurs."
Dirk Tirez
Nouveau CEO de bpost

Mais vous n'avez jamais déclaré que vous étiez candidat...

Selon ma philosophie, ce n'est pas Dirk Tirez qui importe pour bpost, mais bien de trouver le meilleur candidat pour piloter l'entreprise et donner un futur à ses 36.000 travailleurs.

Quels sont les principaux challenges à relever?

Bpost a trois grands défis à relever, qui représentent aussi trois grandes opportunités. Un, en Belgique nous avons toujours un rôle important à tenir comme opérateur postal, nous livrons encore 5 millions de lettres par jour et, avec le Covid, nous avons plus que doublé le nombre de colis distribués à 500.000/jour. Nous jouons en même temps un rôle sociétal important: dans les bureaux de poste, nous offrons aux gens un visage humain dans un monde digital. C'est le service de proximité aux citoyens. Envers nos 26.000 collaborateurs dans le pays, nous jouons aussi un rôle d'ascenseur social: nous offrons des possibilités de travail à des personnes relativement peu qualifiées et nous continuerons à y attacher beaucoup d'importance.

Deux, nous voulons offrir des solutions de logistique de commerce en ligne aux entreprises en Europe, y compris en Belgique. Nous voulons notamment donner aux PME belges l'opportunité de croître en e-commerce non seulement via des solutions en Belgique, mais aussi en Europe et aux États-Unis avec l'aide de nos filiales Active Ants et Radial.

Trois, nous voulons accélérer notre moteur dans la logistique d'omnicommerce aux États-Unis afin que les résultats financiers de nos activités nord-américaines contribuent à ceux du groupe.

"La crise a également fait la preuve que bpost avait un rôle à jouer en termes sociétaux, en aidant tous les citoyens face à la digitalisation."
Dirk Tirez
Nouveau CEO de bpost

Allez-vous continuer à appliquer le plan de transformation rédigé par Koen Van Gerven et prolongé par Jean-Paul Avermaet, ou comptez-vous lui donner des inflexions personnelles?

En 2017, sous l'égide de Koen Van Gerven, j'étais responsable de la coordination de la stratégie au sein du comité de direction et nous avons été un des premiers opérateurs postaux à adopter une stratégie européenne dans la logistique de commerce en ligne. Cette stratégie reste d'actualité. La crise Covid a démontré qu'elle était excellente. Et l'on voit aujourd'hui que beaucoup d'autres opérateurs postaux essaient de la développer aussi. Nous allons par ailleurs développer une politique économique durable. En visant la durabilité dans ses trois aspects: économique (des résultats financiers sains), social (c'est le rôle social et sociétal de bpost) et écologique (bpost va se profiler comme un des opérateurs les plus verts). Nous avons lancé la livraison de lettres et colis neutre en CO2 à Malines et nous discutons avec diverses villes et communes en Wallonie et à Bruxelles pour y entamer également des livraisons écologiques. Nous voulons incarner un des meilleurs opérateurs européens en ce domaine aussi.

La crise Covid n'a-t-elle pas montré qu'il fallait accélérer ce plan de transformation?

Elle a avant tout démontré que bpost avait une excellente stratégie et qu'il y a plein d'opportunités dans ce cadre, à la fois pour les colis et pour les solutions logistiques d'e-commerce et d'omnicommerce. La crise a également fait la preuve que bpost avait un rôle à jouer en termes sociétaux, en aidant tous les citoyens face à la digitalisation.

"Dans une société de 26.000 personnes, les partenaires sociaux jouent un rôle extrêmement important et contribuent à la stratégie."
Dirk Tirez
Nouveau CEO de bpost

Vous avez dit récemment que vous comptiez aussi renouer le dialogue avec les représentants du personnel; cela veut-il dire que ce dialogue était rompu?

Je pense en tout cas que dans une société de 26.000 personnes, les partenaires sociaux jouent un rôle extrêmement important et qu'ils contribuent à la stratégie de l'entreprise. Nous avons renforcé ce dialogue social et travaillé ensemble avec eux pour relever les défis de bpost.

En fin d'année arrivera à échéance la prolongation du 6e contrat de gestion de bpost: avez-vous déjà mis le 7e en chantier?

Bpost négocie avec le gouvernement un nouveau contrat de gestion. La ministre des Entreprises publiques Petra De Sutter en a déjà évoqué les lignes directrices au Parlement.

C'est donc déjà en chantier?

Absolument. Nous nous tenons à la disposition du gouvernement pour continuer à jouer un rôle sociétal important en Belgique. Nous lui avons confirmé notre intérêt pour remplir les services publics d'intérêt économique général concernés.

Vous êtes entré chez bpost en 2003, engagé à l'époque par Johnny Thijs. Est-il pour vous un exemple en tant que CEO?

J'ai connu cela aussi avec les diverses sociétés que j'ai côtoyées sur le Nasdaq Europe (avant 2003, Dirk Tirez a dirigé la Bourse Easdaq, devenue Nasdaq Europe, NDLR). Chaque période dans la vie d'une entreprise nécessite un excellent CEO. Et je peux vous confirmer qu'à 'époque, Johnny Thijs a été excellent. Cela a été un plaisir de travailler avec lui, comme plus tard avec Koen Van Gerven.

Voulez-vous dire qu'à chaque CEO correspond idéalement une période dans la vie de la société?

Oui, j'y crois très fort, et c'est pourquoi le mandat de CEO est limité à 6 ans (rires).

Vous avez déclaré être un technicien expert: c'est ce qui vous définit?

J'ai un background juridique, puis au fur et à mesure de ma carrière je suis devenu directeur juridique et secrétaire général. On m'a attribué des compétences en stratégie, en fusions, en gestion de portefeuille, en régulation, et depuis quelques années je préside le conseil de bpost Banque, dont je suis aussi membre du comité de rémunération. Cela montre que j'ai eu une carrière évolutive, qui s'est étendue progressivement chez bpost, et qui illustre aussi les opportunités qu'offre ce groupe à tous les membres du management.

Les phrases clés

  • "Nous voulons accélérer notre moteur dans la logistique d'omnicommerce aux États-Unis afin que les résultats financiers de nos activités nord-américaines contribuent à ceux du groupe."
  • "Nous voulons incarner un des meilleurs opérateurs verts en Europe."
  • "Chaque période dans la vie d'une entreprise nécessite un excellent CEO."
  • "J'ai eu une carrière évolutive, qui s'est étendue progressivement chez bpost, et qui illustre aussi les opportunités qu'offre ce groupe à tous les membres du management."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés