Le bond de la dette de CFE refroidit les analystes

Un navire de DEME ©deme

Globalement, les analystes de KBC Securities et de Degroof Petercam sont satisfaits des résultats trimestriels publiés par CFE vendredi matin. Avec un bémol, toutefois: le niveau de l'endettement qui a gonflé de 77% en trois mois.

Les revenus trimestriels de CFE publiés vendredi matin étaient en ligne pour DEME, la filiale active dans le dragage et supérieurs aux attentes en ce qui concerne le pôle "contracting" (construction, notamment) malgré les conditions hivernales, résume Bart Cuypers analyste chez KBC Securities.

Comme Luuk van Beek, son homologue à la Banque Degroof Petercam, il a toutefois tiqué sur le niveau de la dette qui s’est révélé largement supérieur à ce qui était attendu par le marché avec un bond, sur trois mois, de 77% à 622,3 millions d’euros fin mars.

CFE a expliqué cette inflation par d’importantes avances sur commandes qui ont influencé la situation établie fin décembre 2017. La filiale du holding AvH souligne qu’outre les investissements de la période, l’augmentation du besoin en fonds de roulement explique cette situation.

Comparaison du cours de Bourse d'AvH et de sa filiale CFE sur une période de trois ans. ©L'Echo

En raison de la position forte de DEME, du potentiel du pôle "contracting" d’amener les activités de Van Laere (société acquise par CFE en décembre 2017, Ndlr) à des marges comparables sur le long terme et du cours actuel de l’action, Bart Cuypers maintient sa recommandation d’achat sur la valeur. Mais, compte tenu, de l’évolution de la dette financière nette (639 millions en 2018 et 706 millions en 2019 selon ses estimations) il a décidé de revoir à la baisse son objectif de cours. Il passe de 125 euros à 115 euros.

Pour Luuk van Beek, CFE bénéficie clairement de la position de leader de sa filiale DEME dans l’énergie renouvelable avec un carnet de commandes très bien fourni. "Le profil de risque des activités de "contracting" s’est, pour sa part, amélioré,note-t-il, grâce à l’intégration des activités de construction maritime de CFE au sein de DEME et à sa spécialisation géographique dans des zones où le groupe a déjà engrangé des succès ".

Il estime que la valorisation actuelle reflète suffisamment les bonnes perspectives. Le rapport valeur d’entreprise sur EBIT de 12 est supérieur à la moyenne historique (10). D’où sa décision de maintenir sa recommandation à "conserver". Par contre, il va ajuster son objectif de cours de 120 euros à la lumière des changements observés au niveau de la dette.

Actuellement, trois brokers sont à l’achat sur la valeur contre un qui conseille de la conserver et un autre de la vendre (ING). L’objectif de cours moyen de 120,5 euros présente un potentiel de hausse de 13%. SocGen est le plus confiant avec un "target" de 140 tandis qu’ING limite ses perspectives à 110 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content