Publicité

La Smala, une famille pour accompagner les entrepreneurs

Luc Pire fait partie des coopérateurs fondateurs de La Smala. ©Debby Termonia

Un groupe d'entrepreneurs lance une coopérative pour en soutenir d'autres et les guider dans une démarche "durable".

L'idée est née quelques mois avant le déclenchement de la crise sanitaire mais elle n'a sans doute jamais été aussi cruciale qu'actuellement, estiment les fondateurs de La Smala. Drôle de concept que cette "famille" d'entrepreneurs réunis en coopérative avec pour objet et pour but d'avoir un "impact sur la société". Concrètement, il s'agit de permettre à 100 entrepreneurs de poser des choix stratégiques et opérationnels pour créer de la valeur humaine, écologique, économique et de collaboration (soit les 4P communément identifiés pour assurer la durabilité des entreprises: People, Planet, Profit et Partnership).

"Les incubateurs actuels ou les business angels mettent en général assez peu l'accent sur l'impact sociétal de l'entreprise et sur sa durabilité."
Sophie Joris
Directrice générale de La Smala

"En 2019 déjà, un petit nombre d'entrepreneurs se sont posé trois questions: comment favoriser les solidarités entre entrepreneurs, comment favoriser l'incubation et le conseil au-delà des fonds publics et quel est le sens de l'entreprise au XXIe siècle?", raconte Sophie Joris, la cheville ouvrière de la coopérative, portée sur les fonts baptismaux le 21 avril dernier. Ces trois questions brassent large les notions de l'entrepreneuriat mais elles doivent permettre de faciliter l'émergence d'un autre monde demain.

Mais la coopérative ne doit pas seulement brasser de belles idées. Sa finalité est aussi très concrète. Il s'agit notamment de "recruter" une centaine de coopérateurs, qui seront soutenus par les coopérateurs fondateurs, les coachs et les "actionnaires" financiers de l'opération. Parmi les fondateurs on retrouve Luc Pire, Jacques Crahay, Olivier Mallue, cofondateur de Newpharma, ou encore Ben Piquard, directeur de LeanSquare. "L'objectif est d'accompagner une centaine de personnes dans les cinq ans à venir. Mais en moins d'une semaine, nous avons déjà reçu près de 50 dossiers de candidature", poursuit Sophie Joris.

10
millions d'euros
La Smala envisage de créer un fonds d'investissement doté de 10 millions d'euros pour soutenir ses coopérateurs.

La sélection des candidats se fera en fonction des engagements en faveur des valeurs de la coopérative et de l'impact de leur projet. "Les incubateurs actuels ou les business angels mettent en général assez peu l'accent sur l'impact sociétal de l'entreprise et sur sa durabilité au regard des 17 axes définis par l'ONU par exemple. C'est primordial dans La Smala", souligne Sophie Joris.

Et qui dit coopérative, dit aussi mise en commun de certaines ressources, en matière de conseils et d'échange de bonnes pratiques notamment, mais aussi financières. La structure envisage de créer un fonds d'investissement doté de 10 millions d'euros dans les 18 mois. Il sera financé par les coopérateurs grâce à ce que Sophie Joris appelle un cercle vertueux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés