25.000 entreprises en défaut de trier leurs films plastiques

Le comédien et réalisateur Patrick Ridremont prête son image et sa voix à Valipac: "Je suis heureux de pouvoir aider nos entreprises à trier plus et mieux. Je suis convaincu que la bonne volonté est présente, mais qu'il s'agit d'un manque de connaissance." ©Getty Images

Nombre d'industriels belges trient leurs déchets d'emballage plastique, mais il reste 25.000 entreprises qui se font tirer l'oreille. Valipac veut les rallier.

Chaque année, quelque 100.000 tonnes d'emballages industriels en plastique sont mises sur le marché en Belgique. L'an dernier, 57.000 tonnes (57%) de ces plastiques ont été triées et collectées après leur utilisation, en vue d'alimenter le circuit du recyclage et de la réutilisation. Autrement dit, 43.000 tonnes n'ont pas pris ce chemin vertueux. "80% de ces 43.000 tonnes, soit 34.000 tonnes, sont des films plastiques, utilisés notamment pour entourer les palettes", explique Francis Huysman, le CEO de Valipac, le centre de connaissances sur les déchets d'emballages industriels. La Belgique peut donc faire beaucoup mieux sur ce plan. "Nous atteignons déjà des taux de recyclage très élevés pour le carton, le métal et le bois", opine Francis Huysman. "Mais ce n'est pas encore le cas pour les plastiques."

34.000
tonnes
Chaque année, 34.000 tonnes de films plastiques d'emballage ne sont pas triées et collectées dans les entreprises en Belgique alors qu'un système simple existe et fonctionne bien.

Aidé par l'Université de Hasselt, Valipac a observé que 25.000 entreprises ne trient pas encore leurs films plastiques dans notre pays. Il y aurait donc moyen de trier 34.000 tonnes de films plastiques supplémentaires, sans beaucoup d'effort ni de surcoût, ajoute l'organisation. L'enjeu: une tonne de films plastiques recyclée évite la production de 3,03 tonnes de CO2.

Deux vedettes bombardées coachs

Si ces entreprises récalcitrantes omettent de trier, c'est pour deux raisons: soit parce que leurs volumes sont faibles, soit parce qu'elles ne savent pas comment faire. Valipac va le leur expliquer. Le centre a identifié 16.000 entreprises dans ce cas et va les contacter individuellement par email, en leur indiquant qu'il suffit de réunir ces films dans des sacs en plastique spécifiques, ramassés par les collecteurs de déchets industriels lors de la vidange des conteneurs pour le papier/carton. Il leur sera proposé un kit de démarrage, avec quelques sacs et un mode d'emploi.

Quant aux 9.000 autres entreprises, "ce sont celles pour lesquelles nous n'avons pas d'adresse email ou de personne de contact", souligne Francis Huysman. Ce sont aussi celles ayant les plus petits volumes. Valipac va néanmoins tenter de les contacter via une campagne d'information dans la presse et sur les réseaux sociaux. Pour mettre tous les atouts dans son camp, l'organisation a sollicité le soutien de Patrick Ridremont côté francophone et de Nic Balthazar au nord du pays: bombardés "coachs" en récolte de déchets, les deux comédiens-réalisateurs défendent le projet dans une vidéo qui sera largement diffusée.

"Faire entrer les plastiques d'emballage dans l'économie circulaire commence par l'étape du tri et la collecte", conclut le CEO de Valipac. "Stimulons la collecte, le potentiel est énorme."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés