Acier: la Région rompt le contrat avec Laplace

© Belga

La Sogepa, bras financier de la Région wallonne, a décidé, lors de la réunion de son comité de direction, de casser le contrat avec Laplace sur l’avenir de la sidérurgie liégeoise.

Le débat autour du rapport controversé du consultant Laplace Conseil sur l’avenir de la sidérurgie liégeoise pourrait bientôt rebondir devant la justice. Selon nos informations, la Sogepa, bras financier de la Région wallonne, a décidé mercredi, lors de la réunion de son comité de direction, de casser le contrat avec Laplace. Celui-ci aurait déjà touché une partie de ses honoraires (60.000 euros) sur les 195.000 euros (total de la facture).

Mais la Sogepa n’entendrait plus honorer le solde. Sur quelle base juridique? Difficile de le savoir, mais il lui sera difficile de justifier sa décision.

Marcel Genet, président de Laplace, pourrait légitimement s’adresser au juge pour exiger le reste de sa facture. Il se refuse à tout commentaire et rappelle que les relations avec son client sont frappées du sceau de la confidentialité. Cependant, il nous a précisé assumer ce qu’il a écrit dans son rapport sur l’avenir de la sidérurgie liégeoise: "Je ne suis motivé que par cette question et je suis pleinement indépendant dans mes propos".

Syndex, un cabinet réputé

Dans son rapport, il estime que la fermeture définitive de la phase à chaud de Liège, décidée par ArcelorMittal, est "irréversible" (L’Echo du 20/01), même si les raisons invoquées par le groupe pour justifier sa décision sont mauvaises. D’après lui, l’attitude revendicative des syndicats a refroidi les actionnaires.

Mais il précise qu’il réfute entièrement et fermement les propos que nous lui avons attribués sur le fait que le rapport de Syndex ne sera pas objectif. "Syndex est un cabinet réputé qui a une grande expertise de la sidérurgie et est pleinement qualifié pour répondre aux demandes de la Sogepa et de la Région. La Sogepa a souhaité s’entourer de deux avis et nous a confié des missions complémentaires. Nous ne sommes pas concurrents et notre objectif est le même: fournir notre point de vue professionnel sur la meilleure façon de réagir au projet de fermeture d’ArcelorMittal. Il n’y a aucune raison de penser que le futur rapport de Syndex ne serait pas objectif d’autant plus qu’il n’est pas encore paru", nous a-t-il écrit.

Selon nos informations, Syndex vient justement de recevoir son ordre de mission.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés