Publicité

L'histoire de Carsid

© François Lenoir

De 2004 à 2006, le site sidérurgique de Carsid est l'un des plus performants d'Europe. La crise, en 2008, signera la fin de ces belles années. Le partenariat avec NLMK aidera toutefois le haut-fourneau à tenir le coup jusqu'à ce que NLMK décide de se retirer et que Duferco, sans nouvel associé, laisse lui aussi tomber.

Voici quelques éléments de l'histoire de Carsid. Le site, situé à Marcinelle (Charleroi), compte un haut-fourneau (2 millions de tonnes par an), une aciérie, une agglomération et une centrale électrique pour un total de 1.004 travailleurs.

-Février 2001: le secteur de la sidérurgie traverse une profonde réorganisation. La filière fonte du site carolo fait partie de Cockerill-Sambre (Usinor). Quelques mois plus tard, Duferco et Usinor créent Carsid, détenue à 60% par Duferco et à 40% par Usinor. "A l'époque, ce n'était pas évident. Nous sommes arrivés pour sauver grosso modo 1.500 emplois", s'est rappelé Antonio Gozzi, patron de Duferco Belgium, mercredi au cours d'une conférence de presse. Le passage de Duferco à Carsid a entraîné la fermeture du haut-fourneau de Clabecq, où travaillaient 400 personnes. Selon le patron de Duferco Belgium, "les Carolos ont bien accueilli 150 travailleurs de Clabecq".

-Fin 2004: Duferco devient l'unique actionnaire de Carsid.

-2004-2005-2006: Durant ces années, le haut-fourneau de Carsid, d'une capacité annuelle de 2 millions de tonnes, "est l'un des plus performants d'Europe", selon M. Gozzi.

-Décembre 2006: Duferco et le groupe russe Novolipetsk steel (NLMK) deviennent partenaires, à hauteur de 50% chacun, par le biais de la co-entreprise Steel invest & finance (SIF) dans laquelle sont logés les sites sidérurgiques de Duferco à Clabecq, La Louvière et Charleroi notamment.

-2007: Duferco termine la réfection totale du haut-fourneau de Carsid.

-11 novembre 2008: dans un contexte de crises financière et économique, Duferco met le personnel de Carsid en chômage économique. Auparavant, la cokerie, jugée trop polluante, avait déjà été fermée. La consommation d'acier en Europe passe de 220 millions à 165 millions de tonnes entre 2007 et 2011. "On a géré la crise de 2008 grâce au partenariat avec NLMK. Sans ce soutien, le système industriel de Duferco serait en faillite", estime aujourd'hui Antonio Gozzi.

-30 juin 2011: fin du partenariat entre Duferco et NLMK. Le groupe russe rachète les parts de Duferco dans SIF pour 600 millions de dollars. NLMK met ainsi la main sur les activités "produits plats" de La Louvière, sur le site de Clabecq et sur plusieurs centres de distribution. Dufero conserve pour sa part la filière "produits longs" de La Louvière et Carsid, pour lequel elle tente de trouver un repreneur. Antonio Gozzi annonce dans la foulée qu'il se donne jusqu'à la fin du premier semestre 2012 pour trouver un repreneur.

-marques d'intérêt d'acteurs italien, ukrainien, thaïlandais et chinois pour Carsid mais aucun n'accepte de s'engager dans Carsid.

-28 mars 2012: Duferco annonce son intention d'arrêter définitivement les activités de Carsid, déclenchant une procédure en licenciement collectif.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés