La plainte du lanceur d'alerte de Nyrstar classée

©Debby Termonia

Il y a un mois, Guinikoukou a déposé plainte contre la société suisse Nyrstar Sales et Marketing.

Le ministère public de Berne a décidé de ne pas mener d’enquête en profondeur après la plainte du lanceur d’alerte Gilbert Guinikoukou, ancien chef du service de l’audit interne de Nyrstar, licencié récemment et qui se dit victime d’un chantage. Entretemps, un tribunal de Zurich a interdit au lanceur d’alerte d’encore diffuser des documents ou des données sur l’entreprise spécialisée dans le zinc.

En août, on avait appris que la FSMA avait ouvert une enquête pour déterminer si Nyrstar avait maquillé son bilan. C’est en effet ce que prétend Gilbert Guinikoukou, documents et tableaux Excel à l’appui.

Il apparaît aujourd’hui qu’il y a un mois, Guinikoukou a déposé plainte contre la société suisse Nyrstar Sales et Marketing, qui est maintenant dans les mains de Trafigura, auprès de la justice suisse. Mais le dossier a été classé sans suite après deux petites semaines, apprend L’Echo.

Nyrstar a riposté en déposant plainte contre Guinikoukou auprès du tribunal de Zurich, arguant qu’il violait son contrat en communiquant de la correspondance interne et des rapports à des tiers. Le tribunal a décidé début septembre d’interdire au lanceur d’alerte de diffuser tout document ou donnée en sa possession, sous peine d’une astreinte allant jusqu’à 10.000 francs suisses. Ce dernier a interjeté appel. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect