analyse

La restructuration de Nyrstar se fera sans son CEO

©Kristof Vadino

Le président Martyn Konig justifie la restructuration par la situation précaire de l’entreprise, qui a connu les neuf mois les plus agités de son histoire.

Et dire qu’il ne s’agissait que d’une rencontre de préparation. La vraie assemblée décisionnelle, c’est pour dans quelques semaines.

Les actionnaires de Nyrstar avaient beau n’être qu’une quarantaine au Diamant Building (un peu plus de 28 % du capital représenté), ils n’en ont pas moins ferraillé pendant près de cinq heures (sans pause!) avec la direction. Priée de s’expliquer sur la situation du spécialiste du zinc et de donner de plus amples détails sur les modalités du transfert d’actifs au sein d’une nouvelle structure détenue à 98 % par Trafigura.

Toutes les alternatives au sauvetage par Trafigura auraient été insolvables et les actionnaires auraient récupéré zéro euro.
Martyn Konig
Président du conseil d’administration de Nyrstar

La touffeur qui régnait dans la salle n’a pas échauffé l’ambiance outre mesure. Mais derrière leur ton policé, les intervenants cachaient difficilement une colère rentrée face aux informations lacunaires dispensées par les dirigeants du géant belge du zinc sur l’opération de sauvetage lancée en catimini par l’actionnaire principal, le holding Trafigura.

Nouvelle structure

Pour rappel, la situation financière catastrophique de Nyrstar a poussé le spécialiste du négoce de métaux à imaginer un plan de sauvetage passant par la constitution d’une "newco", une nouvelle structure de droit britannique censée héberger les activités opérationnelles de Nyrstar et reprendre les 4.100 salariés du spécialiste du zinc.

Trafigura détiendrait 98% de l’ensemble, contre 2% pour Nyrstar. De quoi braquer les petits actionnaires, qui voient leur titre dévalorisé à 14 centimes. "Toutes les alternatives au sauvetage par Trafigura auraient été insolvables. Elles auraient entraîné d’importantes pertes d’emplois, et les actionnaires auraient récupéré zéro euro", a justifié Martyn Konig, le président du conseil d’administration.

Une fois la restructuration bouclée, le conseil d’administration de Nyrstar sera fortement réduit. Des membres de la direction perdront leur poste, à commencer par le CEO de Nyrstar, Hilmar Rode. Pour la petite histoire, ce dernier a acheté pour 4 millions d’actions Nyrstar et risque donc de perdre, outre son emploi, un bon paquet d’argent.

Les débats à rallonge de mardi n’ont pas donné aux actionnaires tous les éclaircissements souhaités. Ceux-ci se concentrent déjà sur la prochaine assemblée générale, dont la date n’a pas encore été fixée.

Documents manquants

Selon une décision en référé du tribunal de l’entreprise, les actionnaires devront être convoqués une deuxième fois dans les délais légaux lorsque les réviseurs auront remis leur rapport sur les comptes annuels. Ce rapport, qui doit normalement être remis au moins 30 jours avant l’assemblée générale, n’a toujours pas été publié.

©Kristof Vadino

Le réviseur affirme ne pas disposer de l’ensemble des documents nécessaires pour rédiger son rapport. Selon le président de Nyrstar, le commissaire aux comptes serait notamment désireux d’avoir accès aux échanges internes de courriels, qui sont confidentiels. Le conseil d’administration de Nyrstar décidera plus tard comment répondre à cette demande.

Aucune précision, par contre, du côté du réviseur sur les éléments manquants qui l’empêchent de valider les comptes. Ce qui lève un vent de rancœur du côté des petits actionnaires.

"La décision du juge des référés oblige le réviseur à donner la liste des éléments qui lui manquent pour certifier les comptes. Le conseil d’administration de Nyrstar et Deloitte n’ont donc pas respecté la loi", affirme l’avocat Laurent Arnauts (Watt Legal). Quoi qu’il en soit, les comptes de Nyrstar ne sont toujours pas validés. 

Informations communiquées

À l’ouverture de l’assemblée générale, les actionnaires les plus zélés ont pu consulter, au fond de la salle, un paquet volumineux répertoriant une série de documents d’information.

1.500
pages
Un paquet de plus de 80 documents a finalement été publié mardi soir sur le site de Nyrstar. Il comprend pas moins de 1.500 pages d'informations.

Au menu, notamment, le "lock up agreement" – le plan de restructuration – du 14 avril dernier, le rapport préalable au deal, les contrats entre Nyrstar et Trafigura et/ou leurs filiales et le fameux rapport du réviseur reprenant les éléments qui lui manquent pour établir un rapport pour les comptes 2018.

Selon Me Arnauts, ce paquet de plus de 80 documents a finalement été publié mardi soir sur le site de Nyrstar. Les actionnaires peuvent donc se plonger dans l’étude de ce volumineux paquet d’informations faisant 1.500 pages au total.

L’avocat ne manque pas de relever que le transfert des actifs de Nyrstar vers la "newco" a déjà été effectué le 19 juin. "Précisément le jour où la FSMA a appelé à plus de transparence pour les actionnaires. Pourquoi cela a-t-il dû se faire dans la précipitation alors que la restructuration ne doit être bouclée que d’ici fin août?" demande-t-il. Affaire à suivre.

Prochain rendez-vous

Reste à voir aussi quand la nouvelle assemblée générale sera convoquée pour valider les comptes. Pour les petits actionnaires, l’idéal serait de fixer ce rendez-vous décisif en septembre. Mais le deal avec Trafigura devant être clôturé pour le 30 août, il est possible que l’assemblée soit convoquée plus tôt.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect