Le CEO de Nyrstar perdra son poste après la restructuration

©rv

La FSMA a décidé de suspendre la cotation de Nyrstar dans l'attente de la publication de documents qui devraient être diffusés lors de l'assemblée ordinaire de la société qui se tient ce mardi.

Journée à haute tension attendue ce mardi chez Nyrstar. Le producteur de zinc tient en effet son assemblée générale ordinaire alors qu’elle a conclu dernièrement un accord avec ses principaux créanciers pour organiser le sauvetage de ses activités et cela sans que les actionnaires ne soient pleinement informés du contenu de cet accord.

Cette AG sera donc amputée de plusieurs points à l’ordre du jour suite à une décision de justice rendue lundi en référé. Il s’agit de l’approbation des comptes, de la décharge aux administrateurs et de la rémunération.

Le président du tribunal d’entreprise a également demandé à Nyrstar de fournir plusieurs documents. Il s’agit:

• du lock-up agreement du 14 avril dernier;

• du rapport préalable au deal. Intitulé "Nazicht van de balansstructuur" et mentionné dans le rapport annuel 2018, il est à l'origine de la "restructuration" actuelle;

• des contrats entre Nyrstar et Trafigura et/ou leurs filiales;

• de la convention exécutée et liée à la restructuration et au lock-up agreement;

• d'un rapport du réviseur reprenant les éléments qui lui manquent pour établir un rapport pour les comptes 2018.

C’est dans ce contexte et dans l’attente de la publication de ces documents lors de l’assemblée que la FSMA, le gendarme des marchés, a décidé de suspendre la cotation de Nyrstar.

"La liquidité reste très serrée"

Au final, l'assemblée semblait se tenir dans le calme et sans un effet de foule, selon notre journaliste sur place. Une quarantaine d'actionnaires, soit quelque 28% du capital, et quelques syndicalistes écoutaient l'exposé du CEO sur le contexte général. Le président du conseil, Martyn Konig a ouvert l'AG en parlant de "derniers mois très intenses". "Toutes alternatives au sauvetage par Trafigura auraient été insolvables. Elles auraient entraîné d'importantes pertes d'emplois. Le management s'est battu pour cette restructuration", a-t-il expliqué.

"La liquidité du groupe reste très serrée et le conseil travaille à l'application du plan de restructuration afin d'éloigner ce risque tenace d'insolvabilité."

Le CEO, Hilmar Rode, a, lui, ajouté que si ce plan était vital, Nyrstar n'était pas pour autant sorti de la zone de danger. "La liquidité du groupe reste très serrée et le conseil travaille à l'application du plan de restructuration afin d'éloigner ce risque tenace d'insolvabilité", a commenté Konig.

Transfert du personnel

Nyrstar conserve actuellement sa cotation en Bourse, "mais d'autres scénarios sont possibles à l'avenir", a, par ailleurs, a précisé Martyn Konig, mardi à la demande d'un actionnaire.

Les 4.100 membres du personnel de Nyrstar, de leur côté, seront transférés au sein de la NewCo, la nouvelle entreprise britannique créée dans le cadre du rééchelonnement de dettes et détenue à 98% par Trafigura et à 2% par Nyrstar.     

Une fois la restructuration bouclée, le conseil d'administration de Nyrstar sera fortement réduit et certains membres de la direction vont perdre leur poste, notamment le CEO de Nyrstar, Hilmar Rode.

Rapport des réviseurs

Quant aux documents exigés par la justice, Nyrstar affirme vouloir se conformer à la demande. Le rapport des réviseurs ne s'y trouve toutefois pas. La raison, selon Konig, est que le réviseur veut avoir accès aux échanges de courriels, qui sont confidentiels. Le conseil décidera plus tard comment répondre à cette demande. La société devra en outre, dans les délais légaux, réunir une nouvelle AG validant les comptes, une fois que ceux-ci auront été approuvés. 

Interrogés via une question écrite sur les documents manquants et empêchant les réviseurs de valider les comptes, les dirigeants n'ont pu apporter de réponse concrète, de quoi provoquer un certain mécontentement dans la salle.    

Les actionnaires ne sont donc pas invités à voter, comme l'a décidé le tribunal. Ils peuvent toutefois poser des questions.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect