Les actionnaires de Nyrstar veulent révoquer le conseil

©rv

Coup de theatre lundi en fin de journée durant l'assemblée générale extraordinaire des actionnaires de Nyrstar. Les petits actionnaires, mettant en cause l'indépendance du conseil a l'égard de Trafigura, ont demandé de rajouter un point à l'ordre du jour portant sur la révocation de l'ensemble des administrateurs.

Avant de passer au vote sur la continuité des activités de Nyrstar, les petits actionnaires, défendus par Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe (WATT Legal), ont dénoncé l'emprise totale de Trafigura, l'actionnaire majoritaire du producteur de zinc, sur la société.

L'article 633 du code des sociétés est clair. Quand, à la suite de pertes, l'actif net est réduit à un montant inférieur à la moitié du capital social, le conseil d'administration doit réunir les actionnaires en assemblée pour voter la continuité de la société. Telle est la pièce qui se joue aujourd'hui à Anvers en absence remarquée de Trafigura, l'actionnaire majoritaire de Nyrstar qui en détient 24,02% du capital.

Avant de passer au vote, Laurent Arnauts, l'avocat des petits actionnaires, a révélé les conditions reprises dans une ligne de crédit de 30,5 millions accordée par Trafigura à Nyrstar à la fin du mois de juillet.

Parmi ces conditions, Nyrstar ne peut ni intenter une action en justice ni se défendre. Cette façon de faire assure une immunité de fait à Trafigura et à toutes les personnes qui ont mis en place la restructuration faisant de Nyrstar une quasi-coquille vide.

"Moyennant cette ligne de crédit accordée à Nyrstar, Trafigura veut gagner du temps, contourner le droit des sociétés, se protéger d'une action en justice et a développé une stratégie de mouroir"
Laurent Arnauts
Avocat des petits actionnaires de Nyrstar

Aujourd'hui, à la suite de cette restructuration, Nyrstar ne détient plus que 2% d'une "newco" dans laquelle tous les actifs de Nyrstar ont été transférés.

"Moyennant cette ligne de crédit accordée à Nyrstar, Trafigura veut gagner du temps, contourner le droit des sociétés, se protéger d'une action en justice et a développé une stratégie de mouroir", a déclaré l'avocat avant de se demander s'il était justifié de voter la continuité.

En l'absence de Trafigura, les petits actionnaires ont la main.

À 15 heures, le conseil d'administration de Nyrstar a demandé une suspension d'une heure trente afin de répondre aux questions.

À la reprise, les petits actionnaires, mettant en cause l'indépendance du conseil a l'égard de Trafigura, ont demandé de rajouter un point à l'ordre du jour portant sur la révocation de l'ensemble des administrateurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect