Nyrstar a généreusement récompensé ses dirigeants

Hilmar Rode a dirigé Nyrstar jusqu'à la fin septembre. ©Dieter Telemans

Six dirigeants de Nyrstar, dont l'ancien CEO, se sont vus octroyer un total de près de 3 millions d'euros de primes... Des primes pour les encourager à gérer la période de sauvetage.

La débâcle de Nyrstar n'est plus à rappeler: une perte colossale, une dette gigantesque et, au final, un plan de sauvetage dans lequel Trafigura, l'actionnaire principal, a joué le rôle de chevalier blanc au détriment des petits actionnaires, des créanciers et du management de Nyrstar. Exit donc Hilmar Rode, le CEO... de commun accord, insiste-t-on.

Néanmoins, il ressort aujourd'hui que, malgré ses déboires financiers, Nyrstar n'a pas hésité au début de cette année à récompenser généreusement six de ses dirigeants, à en croire le rapport sur les rémunérations.

Ces versements sont décrits comme des paiements de "rétention", un geste de remerciement pour les motiver à rester aux commandes le temps du sauvetage.

2,9 millions de primes

Hilmar Rode, le CEO qui vient de quitter le groupe, se taille la part du lion. Avant son départ, il a obtenu la promesse de percevoir, en plus de son salaire, une prime de 1,5 million de CHF (1,37 million d'euros). Une prime qui permet de faire passer plus facilement la pilule à la suite de la perte de valeur de son quasi million de dollars en actions Nyrstar. Ces actions ne valent en effet plus rien.

1,5 million
CHF
Avant son départ, Hilmar Rode a perçu, en plus de son salaire, une prime de 1,5 million de CHF (1,37 million d'euros).

Le président Martyn Konig, un homme de Trafigura, devrait, lui, empocher 0,9 million de CHF.

Les directeurs RH, commercial et technique auraient droit, ensemble, à une prime de 0,55 million de CHF. Deux d'entre eux sont entre-temps partis.

Enfin, le directeur financier ad interim s'est vu offrir une prime de 0,23 million de CHF, dont la moitié du versement est incertaine.

Colère attendue

Ces 2,9 millions d'euros de primes doivent encore être validés par l'assemblée générale des actionnaires prévue le 5 novembre à Anvers. Le débat risque d'être houleux.

Me Laurent Arnauts (WATT Legal), qui représente des petits actionnaires lésés, indique que ces 2,9 millions d'euros de primes représentent une bonne partie des 20 millions que valait encore l'ancienne Nyrstar. C'est le montant auquel la société cotée peut vendre le solde de 2% qu'elle détient encore dans l'activité opérationnelle. Les 98% restants sont déjà dans les mains de Trafigura.

Pour rappel le plan de sauvetage du spécialiste du zinc vise en la création d'une nouvelle entité britannique, NewCo. Elle doit héberger les actifs du groupe. Trafigura, principal actionnaire de Nyrstar, s'est adjugé 98% du capital de NewCo, contre 2% seulement aux petits actionnaires belges de Nyrstar, qui s'estiment lésés.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect