Remue-ménage à la tête de Recupel

Recupel s'efforce d'augmenter le taux de collecte des appareils "électro" usagés. ©recupel

L'ASBL qui gère la collecte des appareils électriques et électroniques usagés a enregistré coup sur coup le départ de son n°1 et n°2. L'absence du premier ne serait que provisoire, dit Recupel, tandis que le secteur s'interroge.

Un vent de crise soufflerait-il au siège de Recupel, l'association qui organise la collecte et le traitement des appareils électriques et électroniques usagés? En un peu moins de trois mois, celle-ci a perdu son directeur opérationnel (COO) Hederik Tijs et son CEO Peter Sabbe, a-t-on appris à bonnes sources.

"Peter Sabbe a momentanément quitté ses fonctions pour raisons personnelles et pour une durée indéterminée", nous dit la porte-parole de Recupel Saar Bentein. En attendant, Luc Meert a été nommé directeur général ad interim, ajoute-t-elle. Meert a présidé le conseil de l'ASBL et connaît bien le secteur. Cela semble indiquer que Peter Sabbe va récupérer sa charge par la suite. À quel horizon de temps? La porte-parole se retranche derrière cette "durée indéterminée" pour évacuer la question.

"Peter Sabbe a momentanément quitté ses fonctions pour raisons personnelles et pour une durée indéterminée."
Saar Bentein
Porte-parole de Recupel

Quant au départ du COO, qui a été acté à la fin décembre et qui est bien définitif, lui, elle ne peut nous en donner les raisons. "Il n'y a aucun lien avec le remplacement provisoire de Peter Sabbe", ajoute-t-elle toutefois.

Deux problèmes

Dans le secteur de la collecte et du recyclage, c'est l'étonnement qui domine. Certains se demandent si ces deux "départs" ne seraient pas liés aux résultats de Recupel. Ils pointent un problème récent, l'attribution du marché du traitement des frigos à un consortium allemand, qui a déplu aux Régions et qui a été annulée par un tribunal.

Ils pointent aussi un souci plus général, qui touche à l'organisation: le taux de collecte des appareils électriques et électroniques en fin de vie reste en deçà de l'objectif européen. Recupel a affiché un taux de 42% en 2017, inférieur au taux européen moyen de 43% et qui classait la Belgique dans le ventre mou européen (17e). Le taux belge a progressé en 2018 et 2019 pour atteindre 52%, mais cela reste loin de l'objectif européen (65%).

Des professionnels du secteur plaident pour que Recupel mette en œuvre un système plus pragmatique envers les ferrailleurs.

La faute n'en incombe pas à la seule Recupel, qui doit batailler avec des Régions aux conceptions différentes. En Flandre, c'est la Région qui est responsable des résultats, alors qu'à Bruxelles et en Wallonie, c'est Recupel... Mais on sait qu'une partie importante des déchets continue de lui échapper au stade de la collecte. Et là, les regards se tournent vers le secteur de la ferraille, qui estimerait ne pas être suffisamment rémunéré pour les trier comme il le faudrait. Des professionnels du secteur plaident pour que Recupel mette en œuvre un système plus pragmatique et plus généreux envers les ferrailleurs, de manière à atteindre un meilleur taux de collecte... et à remonter dans le classement européen. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés