Troisième revers judiciaire pour les Trappistes de Rochefort

©Jef Boes

Après les deux arrêts tombés la semaine dernière, c'est au tour du tribunal de première instance de Marche-en-Famenne de débouter l'Abbaye de Rochefort dans le conflit interminable qui l'oppose à l'entreprise Lhoist autour de la source de Tridaine

La semaine dernière, tribunal de première instance de Namur et le Conseil d’État avaient rendu coup sur coup des jugements déboutant l’Abbaye de Rochefort dans ses tentatives pour empêcher l’entreprise Lhoist de lancer les tests de pompage dans la nappe phréatique de la source de Tridaine, logée au cœur de son site d’extraction de Jemelle (Gerny). Ce lundi, c’est le tribunal de première instance de Marche-en-Famenne qui, à son tour, rendait en référé une ordonnance favorable à Lhoist Industrie.

Nous sommes dégoûtés des dernières décisions politiques et judiciaires prises en faveur de Lhoist.
Abbaye de Rochefort

"Si l’action en référé rejette la demande de mesures conservatoires, nous entamerons les tests de pompage sans plus attendre dans le cadre du permis délivré par la Région wallonne et confirmé le 11 avril dernier par le ministre de tutelle", nous avait confié jeudi dernier Jean Marbehant, le vice-président des affaires publiques de Lhoist Group. Contacté ce lundi, ce dernier précisait que le lancement des tests serait différé de quelques jours.

Et maintenant?

L’ordonnance rendue par la 10e chambre des référés de Marche précise que la demande introduite par l’Abbaye est jugée recevable, mais non fondée, car l’urgence évoquée fait défaut. Mais aussi que le juge du fond étant saisi du litige, la procédure se poursuit à ce niveau. Par ailleurs, il se confirme que les avocats des Trappistes devraient introduire une demande en annulation du permis délivré pour les tests de pompage sur la source au coeur de ce litige interminable.

©Jef Boes

Et du côté de l'Abbaye de Rochefort, on ne cache d'ailleurs pas sa déception: "Nous sommes dégoûtés des dernières décisions politiques et judiciaires prises en faveur de Lhoist. Pour l’Abbaye Saint Rémy de Rochefort, il ne s’agit en rien, comme on semble le prétendre, d’un test innocent. Il s'agit bel et bien de la destruction programmée de la source de Tridaine et de la nappe phréatique. En ces moments où la planète doit être notre priorité, nous ne comprenons pas que tant le monde politique que judiciaire choisissent de remplacer un système gravitaire ne demandant ni entretien ni électricité par un système qui impose à à jamais de pomper artificiellement en utilisant en permanence de l’électricité en plus de devoir entretenir les nouvelles conduites. Quand Lhoist aura épuisé le gisement de pierre, il n’y aura plus d’activité industrielle sur le site; et cela ne prendra pas 20 ans. C'est pour nous un déni écologique impossible à comprendre", insiste la partie adverse.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect