Publicité
Publicité

BHP Billiton prudent malgré son bénéfice doublé

Le groupe minier australien coté à Londres BHP Billiton a annoncé mercredi avoir plus que doublé son bénéfice net annuel. Le groupe au coeur de l'actualité après son OPA sur Potash se veut néanmoins prudent sur ses perspectives de court terme

Le groupe minier australien coté à Londres BHP Billiton a annoncé mercredi avoir plus que doublé son bénéfice net part du groupe sur l'année achevée le 30 juin, tout en restant prudent sur les perspectives à court terme de l'économie mondiale.

Ce bénéfice est ressorti à 12,72 milliards de dollars, contre 5,877 milliards de dollars l'an passé. Le chiffre d'affaires a progressé de 5,2% à 52,798 milliards de dollars.

Ces résultats sont globalement conformes aux prévisions des analystes.

BHP Billiton, actuellement la plus grosse entreprise minière du monde par la capitalisation, a indiqué par ailleurs que sa dette nette avait baissé à 3,3 milliards de dollars en fin d'année pour un endettement de 6%.

Le groupe a lancé la semaine dernière une offre hostile sur le numéro un mondial des engrais, le canadien Potash Corp, pour quelque 40 milliards de dollars.

BHP a indiqué dans son communiqué qu'il "restait prudent sur les perspectives à court terme de l'économie mondiale". Il note que des économies comme le Brésil et l'Inde "sont revenues à la pleine production et que l'attention est maintenant passée du soutien de la croissance au contrôle de l'inflation". Quant à la Chine, BHP estime que la croissance de son produit intérieur brut (PIB) va "ralentir à un niveau plus soutenable d'environ 8% au cours du premier semestre de l'année fiscale 2011".

BHP note que "des incertitudes persistent dans le monde développé", avec l'ajustement des politiques budgétaires après les plans de relance massifs contre la crise. Il s'attend à "l'inévitable influence négative" des baisses de dépenses publiques sur la croissance, et il note que la production industrielle reste dans ces pays "bien en dessous des pics précédents malgré l'impact positif d'un restockage qui semble désormais à peu près terminé".

Le groupe observe "certains signes positifs" comme un robuste investissement privé en équipement et informatique "dans certaines parties de l'économie américaine", "bien que la poursuite du désendettement et une confiance faible minent les efforts pour raviver la demande".

Malgré cette prudence à court terme, BHP Billiton "reste positif vis-à-vis des perspectives à plus long terme de l'économie mondiale, emmenée par la poursuite de l'urbanisation et de l'industrialisation des économies émergentes". "Ce ne sera néanmoins pas sans volatilité, ce qui reflète les cycles d'activité normaux", conclut le groupe.

Le minerai de fer a compté pour 30% des bénéfices, les métaux de base et le pétrole pour 23% et le charbon métallurgique pour 10%, tandis que le groupe a dépensé 10,7 milliards de dollars pour l'exploration et les projets en capital sur l'année.

Le directeur général Marius Kloppers est revenu devant la presse sur l'offre faite par BHP sur Potash. Il a assuré qu'il serait "aussi discipliné sur cette offre qu'il l'a été" dans d'autres domaines pour le groupe, ce qui a rassuré le marché pendant la matinée, même si BHP reculait ensuite, comme toutes les minières, en cours d'après-midi. Il y a deux ans, BHP Billiton s'était arrêté dans une offre hostile contre sa grande compatriote et rivale Rio Tinto.

Alors que les rumeurs de contre-offre sur Potash se multiplient, M. Kloppers a indiqué qu'il les avait entendues, "mais qu'il s'agissait d'un gros achat et qu'il n'y avait pas un nombre infini" d'entreprises qui pourraient s'offrir une telle transaction. "Seuls quelques participants du marché en sont capables", a-t-il dit, notant que pour sa part, BHP Billiton avait "pleinement financé son offre".

M. Kloppers a en revanche refusé de s'exprimer sur des rumeurs concernant de possibles discussions entre BHP et BP pour un rachat d'actifs de ce dernier. BP cherche à dégager des liquidités pour financer le coût de la marée noire du golfe du Mexique.

A la Bourse de Londres, BHP a fini la séance en baisse de 2% à 1.767 pence, dans un marché en repli de 0,90%, victime comme les autres valeurs minières d'inquiétudes générales sur la solidité de la reprise économique mondiale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés