Publicité
Publicité

Guerre ouverte entre les actionnaires de Sibelco

Deux camps s'opposent au sein du capital du géant des minéraux. Une partie demandait la tête du président du CA, qui a finalement été reconduit.

Il y avait de l'eau dans le gaz ce mercredi à l'assemblée générale des actionnaires du géant des minéraux Sibelco, a appris De Tijd. Une partie des actionnaires s'est regroupée afin de demander de repartir d'une page blanche après l'échec essuyé par la société aux Etats-Unis. Le reste des porteurs entend au contraire mettre les bouchées doubles pour comprendre toutes les raisons qui ont mené à ce fiasco.

Le courroux des actionnaires s'est abattu sur Bert De Graeve, le président du conseil d'administration, qui est le seul responsable de la débâcle à ne pas avoir démissionné, selon ceux-ci. "Le CEO Jean-Luc Deleersnyder s'en est allé après le fiasco Covia et le directeur financier Decat s'en ira bientôt. Qu'en est-il de vous?", a demandé un actionnaire familial. "A cause de vous, Sibelco a perdu la moitié de sa valeur. Dans une autre société, votre tête aurait déjà roulé."

Des propos qui ont fait bondir les actionnaires de l'autre camp, indique une source. Nicolas Hollanders, président de l'actionnaire majoritaire Sandrose, a déclaré ne pas comprendre cette posture "arrogante, méprisante et ignorante". "Qui s'engage pour l'avenir de Sibelco ? Qui reste et qui veut partir ? Il est temps que les gens fassent connaître leurs intentions", a déclaré le représentant.

Les Allemands, qui sont entrés dans le giron de Sibelco par le biais d'une opération d'échange il y a quelques décennies, ont également tiré à boulets rouges. Néanmoins, Bert De Graeve est reconduit dans ses fonctions avec le soutien de Sandrose. Cependant, il n'a obtenu que 72,5 % des voix derrière son nom.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés