La chute annoncée des résultats de Sipef n'alarme pas les analystes

Une plantation de Sipef. ©mfn online editor import

Malgré la hausse de sa production, Sipef souffre du prix trop bas de l'huile de palme. Le groupe a prévenu que son résultat annuel sera substantiellement plus faible que celui de 2017. Les analystes restent toutefois confiants dans les perspectives du groupe de plantations.

L’année 2018 ne sera pas un grand cru pour le groupe de plantations Sipef qui tire l’essentiel de ses revenus de l’huile de palme mais dont les activités s’entendent aussi au caoutchouc, au thé et aux bananes. En cause, la faiblesse des cours du caoutchouc et surtout de l’huile de palme. Pour cette dernière, le prix moyen s’est élevé à 663 dollars la tonne au cours du premier semestre contre 734 dollars un an plus tôt. Malgré un production en hausse de 6,7% et des gains d’efficacité, le bénéfice brut, on l’a vu, a chuté de 18%.

Pour l’ensemble de l’année, Sipef a maintenu ses prévisions de croissance d’au moins 9% de sa production annuelle d’huile de palme. Mais comme les cours devraient rester déprimés dans les prochains mois, le groupe coté sur Euronext Bruxelles s’attend à un résultat récurrent pour 2018 "substantiellement plus faible" que celui de 2017.

Malgré des chiffres semestriels inférieurs à ses attentes, Alan Vandenberghe de KBC Securities se veut rassurant et affirme ne pas être surpris par la mise à jour des prévisions du groupe. Les prix de l’huile de palme restent bas, écrit-il, mais beaucoup de mauvaises nouvelles sont déjà intégrées dans le cours. Pour l’ensemble de l’année, il table sur un prix de 680 dollars la tonne. Il estime que le résultat récurrent net s’élèvera, pour l’année, à 41,5 millions de dollars contre 67,1 millions l’an dernier.

"Décote injustifiée"

Il estime, par ailleurs, que la décote actuelle de près de 20% dont souffre Sipef par rapport à ses concurrents est injustifiée. "Elle ne reflète pas la qualité de la direction et du bilan, explique l’analyste. De plus, nous considérons l’implication d’AvH (l’actionnaire de référence de Sipef, Ndlr) comme un atout solide." Il réitère sa confiance dans les perspectives à long terme du groupe et maintient sa recommandation à "acheter" et son objectif de cours à 70 euros.

L'action Sipef ces cinq dernières années. ©L'Echo

S’il est moins convaincu du potentiel de l’action avec un "target" de 60 euros et un avis à "conserver", Frank Claassen de Degroof Petercam constate que les chiffres semestriels sont en ligne avec ses estimations. Pour l’ensemble de l’année, il table, de son côté, sur un résultat récurrent net de 43 millions de dollars mais n’exclut pas de le réduire de quelques millions si les prix restent aussi bas.

Il met également en avant la croissance du volume de production réalisée par Sipef et estime que l’environnement actuel défavorable au prix de l’huile de palme devrait s’améliorer à moyen terme. "La demande globale croît encore annuellement de 4 à 5% alors qu’à moyenne ou longue échéance l’offre ne pourra pas suivre en raison du manque de nouveaux hectares."

Vers midi, l’action se contractait de 2% à 55,4 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content