La Turquie, 1er pays de recyclage de nos plastiques industriels

Des déchets d'emballages plastiques dans un port en Malaisie, qui est un des principaux pays de destination pour la Belgique. ©EPA

Valipac et les principaux traders concernés ont cartographié les destinations des déchets d'emballages industriels en plastique "made in Belgium". Une première.

La Belgique, une plaque tournante de l'exportation des déchets plastiques vers l'Asie? Cette image de notre pays est un peu tronquée. On dit qu'il exporte 500.000 tonnes par an (tous déchets plastiques confondus), mais on ne dit pas que ce tonnage n'est pas produit en Belgique: il s'agit notamment de réexportations via le port d'Anvers.

17%
La Turquie absorbe et recylce 17% de nos déchets d'emballages industriels en plastique.

Valipac, l'organisme qui gère la collecte et le traitement des déchets d'emballages industriels, a voulu faire toute la clarté sur les flux plastiques qui passent dans son viseur. Il a ainsi identifié 58.800 tonnes d'emballages industriels en plastique déclarés annuellement en Belgique. A l'exclusion donc des autres déchets plastiques et des emballages des ménages.

Et il a réussi à cartographier leurs parcours: 16% sont recyclés en Belgique et 37% dans l'Union européenne; 35% vont en Asie (Vietnam, Malaisie, Indonésie); et 17 autres pour cent vont à un seul pays asiatique, la Turquie, qui est, du coup, la première destination de ces déchets hors Belgique. Au total, 31 pays se partagent nos emballages industriels plastiques.

Pour réaliser cet exercice de repérage, qui est une grande première en Europe, Valipac a conclu des accords avec huit traders, ces sociétés qui achètent les déchets, les trient et les acheminent vers des destinations de recyclage un peu partout dans le monde. Ces huit traders aspirent 90% des flux de ces déchets en Belgique. "Il en reste 37, plus petits, que nous espérons convaincre de collaborer aussi avec nous", souligne Xavier Lhoir, directeur Materials & Operations chez Valipac.

"Dans un deuxième temps, nous irons chez les recycleurs pour les auditer sur place."
Xavier Lhoir
Directeur Materials & Operations chez Valipac

Stimuler leur recyclage en Europe

Et quel est l'objectif de cet exercice de transparence? "Il est de trois ordres, répond-il. Un, démontrer que ces déchets sont bien recyclés, de manière performante et conforme aux législations. Deux, cela nous permet de voir les évolutions en cours dans les différents pays de recyclage. Trois, à long terme, nous voulons stimuler le recyclage de ces déchets en Europe; cette cartographie nous aide à définir les enjeux et à voir comment agir." Le but ultime étant d'aboutir à un processus circulaire, dans lequel chaque emballage sera entièrement réutilisé.

Valipac ne s'est pas contenté d'enregistrer l'accord des traders, il a réalisé des audits chez eux pour valider les informations échangées. "Dans un deuxième temps, nous irons chez les recycleurs pour les auditer sur place, ajoute Xavier Lhoir. On avait prévu d'entamer ce processus dès cette année, mais la crise sanitaire nous a amenés à reporter l'exercice à 2021."

À l'avenir, Valipac prévoit de réaliser le même travail sur les flux de déchets d'emballage en papier et carton.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés