Le prix du zinc et Port Pirie, la double peine de Nyrstar

©Meike Wijers

La panne sur son site australien et la chute des prix du zinc coûteront des dizaines de millions d'euros à Nyrstar. Le groupe revoit donc ses attentes de résultat opérationnel.

L'information est tombée ce vendredi matin, avant l'ouverture des marchés: l'activité de Nyrstar  en Australie-Méridionale va être relancée. Un premier haut fourneau a été relancé ce jeudi à Port Pirie qui était à l'arrêt depuis début juin. La relance du second est prévue fin du mois.

Nyrstar indique par ailleurs que le manque à gagner de l'arrêt de la production, estimé à 20-25 millions d'euros, aura un impact sur le résultat opérationnel brut de la période juin-juillet.

Le manque à gagner de l'arrêt de la production, estimé 20-25 millions d'euros, aura un impact sur le résultat opérationnel brut de la période juin-juillet.

Mi-juin, il expliquait déjà que la fermeture non planifiée de sa fonderie aura un impact négatif important sur la production et l'EBITDA sous-jacent au deuxième trimestre 2019, sans toutefois le chiffrer. 

Prix du zinc

Et la peine est double pour Nyrstar qui est aussi confronté à un prix du zinc extrêmement faible. Pour le premier semestre, l'impact négatif est chiffré à 31 millions d'euros.

31 millions
euros
Le prix du zinc extrêmement faible a au premier semestre eu un impact négatif de 31 millions d'euros.

Comme annoncé lors de la publication des résultats annuels 2018, pour libérer des  liquidités, Nyrstar a vendu sa couverture sur le prix du zinc en mars dernier. Cela lui avait alors rapporté 40 millions de dollars. Depuis, il est totalement exposé aux fluctuations du prix du métal, d'où cet impact de 31 millions au premier semestre.

Rappelons, par ailleurs, que l'action Nyrstar est suspendue depuis le 25 juin. Le gendarme des marchés se dit en attente de tous les documents de Nyrstar offrant aux petits actionnaires une transparence totale sur l'opération de sauvetage par Trafigura.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect