Le spécialiste des pellets et palettes Groupe François se cherche un partenaire

Alors qu'ils étaient encore jetés au tournant de l'an 2000, comme ailleurs dans le secteur, les déchets de l'activité historique de scierie sont désormais utilisés pour fabriquer des pellets. ©Hosan, Jan Michael,/ Bilderberg/

Les familles François, della Faille et de Cordes entendent ouvrir le capital du Groupe François, actif dans le secteur du bois et le développement durable.

La transformation est patente. D'une petite scierie familiale lancée par des meuniers reconvertis en exploitants forestiers il y a une bonne quarantaine d'années, le Groupe François est désormais un acteur de taille dans le secteur du bois et du développement durable. Pour preuve: un excédent brut d'exploitation (ebitda) de plus de 15 millions d'euros.

L'heure était donc propice à la réflexion pour les actionnaires de l'entreprise virtonnaise. D'autant que, comme le détaille une récente offre d'emploi publiée sur le site internet du groupe, la société fait aujourd'hui face "à la croissance et à de nombreux investissements importants" se chiffrant, d'après nos sources, en dizaines de millions d'euros. Et des projets d'acquisitions à l'étranger sont aussi à l'étude.

"L'entreprise fait face aujourd'hui à de nombreux investissements importants."
Groupe François

Un processus a été lancé en vue de trouver un partenaire, a-t-on appris à bonnes sources. Un premier tri a déjà été effectué parmi les candidats par BNP Paribas Fortis, qui a été mandatée dans cette mission, mais sans qu'aucun nom de candidat n'ait filtré à ce stade. Tout au plus sait-on que plusieurs pistes ont été étudiées, en ce compris une sortie du capital des actionnaires historiques. La préférence serait par contre aujourd'hui accordée à une augmentation de capital avec dilution.

Groupe François est aujourd'hui aux mains des familles François, della Faille et de Cordes. L'intercommunale Idelux détient, elle, 20% du capital depuis le rachat de la société Recybois en 2003, aux côtés de l'entreprise.

Trois métiers

Groupe François est actif dans l'emballage de bois (palettes), l'énergie (pellets, co- et trigénération, électricité verte et de thermie, production solaire,…) et les litières pour chevaux via la marque Horse Cover.

Cet ensemble d'activités profite en partie du grand malheur frappant actuellement le monde du bois en Wallonie (et ailleurs): le scolyte, du nom de ce ravageur insecte qui ronge les arbres de l’intérieur. En effet, la nécessité d'enrayer le développement galopant de ce nuisible permet à l'entreprise de récupérer du bois coupé de force pour une bouchée de pain – voire même parfois d'être payée pour le faire –, bois qui lui sert dans le séchage de ses produits. Par contre, l'activité scierie du groupe en pâtit.

200
emplois
Groupe François emploie aux alentours de 200 personnes.

Actif en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, Groupe François emploie aux environs de 200 personnes. L'entreprise présente un endettement faible, une trésorerie importante et des lignes de crédit non utilisées, évoque-t-elle, sans qu'aucun chiffre consolidé ne filtre.

Du reste, du côté des ventes, l'heure est à la hausse aussi bien du côté des palettes que des pellets. Après tout, le portefeuille produit est porté par un fondamental positif, à savoir que le système de production tout entier est basé sur le principe de l'économie circulaire. En effet, les arbres issus de forêts locales (maximum 200 km autour des sites de production) et gérées durablement terminent à 50% en produits finis et à 50% en sciure. Encore jetée au tournant de l'an 2000, cette sciure est aujourd'hui récupérée et valorisée en pellets – de même qu'en électricité – directement sur le site de production, évitant ainsi la pollution liée aux transports. De quoi faire du pellet un combustible "renouvelable, neutre en émission carbone, produit localement, et favorisant l'emploi local", vante l'entreprise, active sur le marché via la marque "Badger Pellets".

Taille moyenne

Avec sa capacité de production de 150.000 tonnes par an de pellets, Groupe François est un acteur de taille moyenne sur le marché, nous renseigne-t-on du côté de la Fédération interprofessionnelle belge du bois énergie (Febhel).

150.000
tonnes
Avec sa capacité de production de 150.000 tonnes par an de pellets, Groupe François est un acteur de taille moyenne sur le marché.

Le fondateur du groupe, Pierre François, est décédé en 2007. Son fils, Bernard, qui a participé à la création de l'entreprise familiale, en est aujourd'hui l'administrateur délégué. Il est épaulé dans ses fonctions par son fils, Ulrich, CFO du groupe et ingénieur commercial de formation.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés