Les entreprises confrontées à une flambée de leurs coûts

©BELGAIMAGE

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à répercuter dans leurs prix de vente la flambée des cours des matières premières et le renchérissement du transport.

Il ne se passe plus un jour sans qu’une entreprise relève ses prix de vente en raison d’une hausse de ses coûts. Ainsi, Recticel a annoncé une telle décision en raison du renchérissement de ses coûts consécutif à une pénurie de matières premières chimiques. Maersk, la plus grande compagnie maritime de conteneurs du monde, avertit de son côté que l’augmentation de la demande de conteneurs se traduit par une hausse des prix de ce transport.

"Il y a une forte augmentation de la demande, entre autres de minerai de fer, de cuivre et d’aluminium, surtout en Chine et aux États-Unis."
Peter Vanden Houte
Economiste en chef d’ING Belgique

"La montée des cours des matières premières résulte de plusieurs facteurs", remarque Peter Vanden Houte, économiste en chef d’ING Belgique. "Il y a une forte augmentation de la demande, entre autres de minerai de fer, de cuivre et d’aluminium, surtout en Chine et aux États-Unis." Et comme la production ne suit pas, cela fait grimper les prix. Ainsi, le cours du cuivre a atteint son plus haut niveau depuis 11 ans.

Par ailleurs, la hausse du cours du pétrole rend plus onéreuses les matières premières pour l’industrie chimique. Et la hausse du coût de transport par conteneurs se répercute sur plusieurs matières transportées en vrac, comme les céréales, le sable et le gravier.

Chaînes logistiques longues

Au problème du surcoût de l’acheminement des marchandises s’ajoute une pénurie de puces électroniques. En cause : les entreprises reconstituent leurs stocks après les avoir fortement réduits en raison de la chute de la demande due à la pandémie. Et comme les chaînes logistiques sont très longues, les conséquences se ressentent à présent.

Agfa-Gevaert est une des nombreuses entreprises à subir une hausse de ses coûts. "Les prix de l’aluminium et de l’argent ont flambé ces derniers mois, tout comme les tarifs de fret", souligne sa porte-parole Viviane Dictus. Ainsi, l’entreprise a déjà augmenté les prix de vente de certains produits de films de plus de 10% à la fin mars. "Dans ce segment, ce n’est pas très difficile parce que notre position est solide. Mais dans les plaques d’impression, où la pression sur les prix était déjà élevée, ce n’est pas aussi évident. C’est au début de ce mois-ci que nous avons augmenté nos prix de 5 à 10%."

Un sondage du bureau d’études IHS Markit auprès de 5.000 entreprises de la zone euro confirme que nombre d’entre elles répercutent leurs coûts en hausse sur leurs clients.

De son côté, Deceuninck constate une forte hausse des prix des granulés de PVC destinés à produire des châssis, parce que la demande excède largement l’offre et que le PVC est un dérivé du pétrole.

La Belgique plus vulnérable

Peter Vanden Houte souligne cependant qu’une partie de la demande supplémentaire de matières premières est temporaire. "Mais certains éléments continueront à stimuler la demande des matières premières dans les prochaines années. Les pouvoirs publics prévoient d’investir davantage et la transition écologique accroît notamment la demande de cuivre." Parce qu’il en faut beaucoup plus pour produire une voiture électrique qu’une voiture traditionnelle.

Un sondage du bureau d’études IHS Markit auprès de 5.000 entreprises de la zone euro confirme que nombre d’entre elles répercutent leurs coûts en hausse sur leurs clients. On peut dès lors se demander si la hausse des prix à la consommation qui en résultera sera temporaire ou structurelle.

"Pour que la hausse de l’inflation soit durable, il faut que s’enclenche une spirale salaires-prix", souligne l'économiste. "On ne l’observe guère pour l’instant. L’accord récent dans le secteur métallurgique allemand augmente les salaires de 2,3%. La Belgique est un peu plus vulnérable parce que les salaires et de nombreux prix sont indexés automatiquement. En outre, la réouverture de l’économie va pousser à la hausse le prix de certains services. Comme certains cafés l’ont annoncé ces jours derniers."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés