Les travailleurs de NLMK Clabecq disent encore "non" à la direction

©Dieter Telemans

Un nouveau projet de plan social était présenté aux cadres et employés ce mardi matin. Les propositions de la direction sont à nouveau rejetées.

Réunis en assemblée générale ce mardi matin, les cadres et employés de NLMK Clabecq ont voté sur un nouveau projet d'accord sur le plan social qui les concerne: les propositions de la direction sont une nouvelle fois rejetées.

Elles avaient été négociées durant la journée de lundi par le front commun syndical SETCA-CNE et apportaient certaines améliorations à un projet précédent, déjà rejeté la semaine dernière.  Lundi, une réunion avait en effet été organisée entre les représentants des cadres et employés de NLMK Clabecq d'une part et la direction d'autre part. Le front commun SETCa-CNE avait alors annoncé disposer d'une nouvelle proposition à soumettre au personnel ce mardi matin. Le vote sur le nouveau texte se faisait à bulletins secrets, avec dépouillement en présence de témoins.

" Il y a en tout cas une amélioration par rapport à ce qui était proposé par la direction la semaine dernière", expliquait lundi soir le permanent SETCa, Pascal Strube.

La grève continue

Le piquet de grève établi par les cadres et employés devant l'usine - les ouvriers ne sont pas directement concernés- reste donc en place, il n'est pas impossible que les actions se durcissent.  Une partie des cadres et employés de NLMK Clabecq sont en grève depuis le jeudi 4 avril, après le rejet d'une première proposition de plan social dont le contenu était estimé insuffisant par le personnel concerné.

©AFP

Pour rappel, la semaine dernière, mécontents d'un premier projet de plan social discuté entre les syndicats et la direction de NLMK Clabecq, les cadres et employés - les ouvriers ne sont pas concernés - avaient rejeté ce texte à plus de 70% et décidé d'une grève.

Les discussions sur le plan industriel que la direction compte mettre en oeuvre à Clabecq se poursuivent en parallèle. Ces négociations entre syndicats et direction ont lieu dans le cadre de la procédure Renault sur le licenciement collectif, après que la direction de NLMK a annoncé à la mi-janvier son intention de se séparer de 290 travailleurs sur son site de Clabecq, soit 50% de l'emploi existant sur place. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect