Moins de pétrole au 2e semestre, selon l'Opep

©Photo News

L'Opep prévoit un retour à une offre déficitaire de pétrole au cours de la deuxième moitié de l'année.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a déclaré lundi s'attendre à un marché mondial du pétrole plus équilibré au second semestre, les perturbations de la production au Nigeria et au Canada contribuant à réduire rapidement l'offre excédentaire.

Dans son rapport mensuel, l'Opep précise que sa production est actuellement inférieure à la prévision moyenne de demande pour son brut au deuxième semestre, une situation déficitaire sans précédent sur un trimestre entier depuis 2013 selon ses statistiques.

Le cours du brut léger américain est remonté à 50 dollars le baril récemment après avoir touché en janvier un plus bas de 12 ans à 27 dollars, les perturbations dans la production réduisant nettement l'excédent disponible. Et ces perturbations accélèrent actuellement un rééquilibrage du marché, ajoute le rapport.

"L'offre excessive dans le marché devrait être résorbée dans les trimestres qui viennent", ajoute-t-il, ce qui devrait se traduire par "un marché pétrolier plus équilibré en fin d'année".

Situation encore excédentaire

Les attaques contre des installations pétrolières au Nigeria, les incendies au Canada et les pertes subies par certains gisements ailleurs dans le monde ont eu pour effet conjugué de porter les interruptions de production non planifiées à leur plus haut niveau depuis cinq ans en mai. Mais les stocks restent élevés et l'Opep souligne que la situation globale reste pour l'instant nettement excédentaire.

100.000
La production de pétrole de l'Opep a diminué de 100.000 barils par jour en mai dernier.

Son rapport précise que la production a diminué de 100.000 barils par jour (bpj) en mai à 32,36 millions de bpj, soit 500.000 de moins que la demande de brut prévue pour le troisième trimestre et 160.000 de moins que la prévision de demande moyenne pour le brut Opep au deuxième semestre. A titre de comparaison, au premier trimestre, la production de l'Opep a dépassé la demande pour son brut de 2,59 millions de bpj.

L'organisation table parallèlement toujours sur une baisse de 740.000 bpj de l'offre non-Opep cette année, principalement due à l'arrêt de puits ou à l'annulation et au report de projets aux Etats-Unis. Le rapport confirme parallèlement la prévision d'une augmentation globale de 1,20 million de bpj de la demande mondiale de pétrole en 2016.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés