Nyrstar a chuté de 65% en 40 jours. Suite du feuilleton, mardi

©Nyrstar

Depuis son avertissement sur résultats du 20 septembre, Nyrstar a vu la valeur de son action fondre de 65%. Mardi matin avant Bourse, le groupe publiera ses résultats pour le troisième trimestre. Le point de la situation.

Nyrstar publiera ses résultats du troisième trimestre ce mardi matin avant Bourse. Il devrait y avoir peu de surprise dans la mesure où le numéro un mondial du zinc a déjà levé un coin du voile le 20 septembre dernier via un avertissement sur résultat qui a donné un nouveau coup de massue au titre. Depuis cette date, l’action Nyrstar a perdu 65% de sa valeur et s’approche dangereusement de la zone qui la transformera en "penny stock".

A l'occasion de ce "profit warning", Nyrstar a prévenu que son Ebitda sous-jacent du second semestre sera inférieur à celui dégagé au cours des six premiers mois de l’année. Deux éléments ont été avancés pour expliquer cette situation: le prix du zinc et les charges de traitement du minerai à un niveau extrêmement bas.

Le groupe coté sur Euronext Bruxelles a bien tenté de faire avaler la pilule amère avec de l’eau sucrée. Il a maintenu sa guidance d’un cash flow libre positif et a affirmé disposer de liquidités comprises entre 620 et 650 millions d’euros à la fin du mois de septembre. Il a également rappelé le potentiel de son installation australienne de Port Pirie et de sa mine de Myra Falls.

Rien n’y a fait. Le marché et les investisseurs n’ont vu que le verre troué à moitié vide alors que l’énorme dette du groupe menace de déborder de toutes parts et qu’un remboursement de 350 millions d’euros pointe le bout de son nez pour septembre 2019.

Morgan Stanley a jeté l'éponge 

La méfiance et le doute sont tels que Morgan Stanley a renoncé désormais à fixer un objectif de cours sur la valeur. Les analystes du broker estiment que, dans le pire des cas, l’action ne vaut plus tripette et que dans le meilleur scénario, elle pourrait valoir 9,42 euros. Mais face au manque de visibilité, ils s’abstiennent de toute projection. Leur recommandation est à "neutre"

Quelques jours plus tard, KBC Securities lui a emboîté le pas réduisant son "target" à un euro contre 3,5 euros avant tout en conservant un avis à "réduire". Actuellement, sur les dix analystes qui suivent la valeur, cinq conseillent de s’en séparer et cinq autres de la conserver. L’objectif de cours moyen atteint 2,47 euros, soit un potentiel de hausse de 55%.

Chute d'un concurrent

Pour le troisième trimestre, l’analyste Wim Hoste de KBC table sur un Ebitda sous-jacent de 47 millions d’euros contre 51 millions un an plus tôt. "La principale inquiétude pour les trimestres à venir demeure le bilan du groupe, souligne-t-il. A partir de la définition de Nyrstar de la dette nette ajustée, nous nous attendons a un ratio dette nette sur Ebitda de 6,2 à la fin de l’année et de 3,6 à la fin de l’an prochain."

Autre indicateur de la très grande lassitude du marché à l’égard de Nyrstar: les obligations cotées avec une échéance à 2024 se négocient avec un rendement de 17%, voire plus!

Et comme les ennuis volent souvent en escadrille, Boliden , un des concurrents du groupe a chuté en Bourse la semaine dernière après avoir dévoilé des résultats opérationnels inférieurs aux estimations des analystes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect