Nyrstar confiant pour le second semestre, le titre bondit

©Nyrstar

Perte nette qui explose et résultat opérationnel qui recule: le premier semestre a été compliqué pour Nyrstar. Mais ce qui rassure les investisseurs, faisant grimper le titre à Bruxelles, c'est que le groupe se dit convaincu que le Free Cash Flow sera positif pour l'année complète, il est prêt à racheter sa propre dette et dit également ne pas envisager d'augmentation de capital.

Nyrstar note au premier semestre 2018 une perte nette qui explose de 133% à 49 millions d'euros. Le résultat des activités opérationnelles recule, lui aussi, de 17% à 30 millions d'euros. Quant au Free Cash Flow, il est en hausse de 64% à 58 millions d'euros, le CEO Hilmar Rode se disant ainsi convaincu qu'il sera positif pour l'année complète.

Nyrstar va racheter sa propre dette

Hilmar Rode se dit assez confiant pour procéder à des rachats de son obligation 2019 sur le marché et annuler celle-ci.

Alors que les fonderies de zinc, avec une contribution au bénéfice sensiblement stable de 118 millions d'euros (consensus des analystes: 94 millions), ont nettement mieux marché que prévu, l'activité minière, malgré un doublement de la contribution aux bénéfices, déçoit: le bénéfice a atteint 28 millions, alors que les analystes tablaient sur 43 millions.

Plus important, Hilmar Rode se dit assez confiant pour procéder à des rachats de son obligation 2019 sur le marché et annuler celle-ci. La dette nette incluant le prépaiement au zinc et les titres perpétuels est de 1,487 milliard d'euros au 30 juin 2018, soit une augmentation de 20% par rapport au 31 mars.

Pas d'augmentation de capital

Nyrstar n'a visiblement pas l'intention de procéder à une augmentation de capital. Son CEO a indiqué à des journalistes, en marge de la publication des résultats, que sa société n'avait pas l'intention de "vendre des actions".

→ De quoi rassurer les investisseurs puisque le titre a bondit de 12,10% à la Bourse de Bruxelles ce mercredi.

Ebitda au-delà des prévisions

Le spécialiste du zinc affiche également un Ebitda sous-jacent de 120 millions d'euros, en hausse de 8% et un peu mieux que les 116 millions d'euros que sur lesquels les analystes tablaient en moyenne. Comment expliquer cette progression? D'une part, la hausse de 21% du prix moyen du zinc et, d'autre part, l'augmentation de 30% de la production minière. Celle-ci est toutefois compensée par des charges de traitement plus faibles, une production réduite attendue à Port Pirie en raison d'un arrêt de maintenance prévu du haut fourneau et un affaiblissement du dollar par rapport à l'euro. 

"Le réaménagement de Port Pirie a maintenu sa trajectoire de montée en cadence et devrait contribuer positivement aux résultats du second semestre de 2018 conformément aux prévisions précédentes", précise Hilmar Rode.

Le chiffre d'affaires est, lui, en hausse de 7% à 1,930 milliard d'euros contre 1,806 milliard au premier semestre 2017, grâce à la hausse des prix du zinc, du plomb et de l'or respectivement de 21%, 11% et 6%. Le bénéfice brut poursuit la même ligne et pour les mêmes raisons en s'établissant à 600 millions, soit une hausse de 8% par rapport à la même période l'année passée. La hausse des volumes de production de métaux et minéraux a également joué un rôle positif. Quant à la marge d'Ebitda sous-jacent, elle reste stable à 6%.

Pour le CEO Hilmar Rode, "notre capacité à réaliser notre stratégie de transformation et à générer des flux de trésorerie disponibles nous a donné la confiance nécessaire pour entrer sur le marché et commencer à racheter et à annuler nos obligations 2019."

→ Lire le communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content