Nyrstar et ses actionnaires ne rendent pas les armes

©nyrstar

À boire et à manger. Pour tout le monde. Un jugement rendu par le tribunal de l’entreprise renvoie Nyrstar et ses actionnaires dos à dos. D’autres procédures pourraient suivre.

Nyrstar aux prises avec ses petits actionnaires: suite et pas fin. Un jugement rendu mercredi par le tribunal de commerce néerlandophone renvoie un peu chaque partie sur ses positions. Rappelons qu’une centaine d’actionnaires de Nyrstar s’oppose à la société, estimant qu’ils sont grugés par le plan de sauvetage imaginé par Trafigura, l’actionnaire principal de Nyrstar.

La première décision judiciaire, rendue de façon unilatérale à la fin du mois de juin, ordonnait la suspension des votes des actionnaires de Nyrstar dans l’attente de la publication d’un rapport du réviseur sur les comptes 2018. Ce point est maintenu. Les autres mesures contenues dans la première décision du mois de juin et concernant la mise à disposition de documents sur les relations entre Nyrstar et Trafigura, son actionnaire principal, ont été rejetées par le tribunal de l’entreprise néerlandophone de Bruxelles qui se prononçait sur base d’une tierce opposition introduite par Nyrstar.

Le tribunal n’a pas retenu la procédure téméraire et vexatoire.

Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe, les avocats d’une centaine d’actionnaires de Nyrstar, précisent que ces mesures ont été rejetées uniquement pour des raisons de procédure, le juge ayant estimé que les actionnaires de Nyrstar avaient assez de temps devant eux pour ne pas devoir recourir à une procédure sur requête unilatérale, cette dernière ne laissant pas l’opportunité à la partie adverse de se défendre.

En cours de route, les petits actionnaires étaient arrivés avec une série de demandes reconventionnelles. Ils voulaient notamment obtenir la désignation d’un administrateur provisoire. Cette demande a également été rejetée. Par ailleurs, Nyrstar avait introduit une action en justice contre les actionnaires pour procédure téméraire et vexatoire et réclamait des dommages et intérêts s’élevant à 10.000 euros par actionnaire. Dans sa décision rendue mercredi, le tribunal de l’entreprise a rejeté cette demande. Aujourd’hui, les différentes parties se disent satisfaites.

Du côté des petits actionnaires, Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe se disent satisfaits, estimant que l’essentiel est maintenu et que les mesures rejetées pour des raisons de procédure pourront être introduites à nouveau dans une procédure au fond. Du côté de Nyrstar, défendu par Benoît Allemeersch, c’est également une forme de satisfaction qui prévaut. Sans entrer dans le détail, on précise que deux tiers des mesures contenues dans la première décision ont été rejetées. Il faut dire que le plan de sauvetage imaginé par Trafigura est déjà bien avancé. C’est ainsi que les petits actionnaires ont échoué à obtenir la mise sous séquestre des actions de Nyrstar ou à faire suspendre toutes les décisions du conseil de Nyrstar liées à la restructuration. De leur côté, les actionnaires ne comptent pas baisser les bras.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect