Titan, le géant grec du ciment, fait son entrée à la Bourse de Bruxelles

La Bourse de Bruxelles compte une action de plus à partir de ce mardi. Il ne s’agit pas d’une introduction en bourse d’une valeur belge, mais de celle du groupe grec de ciment Titan Cement. Qui a même changé de nationalité pour l’occasion.

Les actionnaires de Titan Cement Group ont voté massivement en faveur de la transformation de leur entreprise en une société belge. Via une opération d’échange de titres, quelque 93% des actions de la société grecque ont été apportées pour être échangées en titres de Titan Cement International, une société anonyme de droit belge. Les actions restantes du cimentier grec seront obligatoirement remplacées après une offre de retrait.

Euronext Bruxelles devient la place de cotation de référence du cimentier, qui est également inscrit sur Euronext Paris et à la Bourse d’Athènes.

Dans la foulée, Euronext Bruxelles devient la place de cotation de référence du cimentier, qui est également inscrit sur Euronext Paris et à la Bourse d’Athènes. Le cabinet juridique Linklaters a accompagné l’opération.

Titan, actif dans 14 pays sur les cinq continents du globe, dispose de 13 cimenteries et unités de production d’agrégats et de mélanges prêts à l’emploi intervenant dans la construction. Trois d’entre eux sont implantés en Grèce, deux aux Etats-Unis, cinq dans les Balkans (Bulgarie, Serbie, Albanie, Kosovo et Macédoine du Nord) et trois au Moyen Orient (Egypte et Turquie).

Accès aux investisseurs

La société entend avant tout profiter de sa cotation sur Euronext Bruxelles pour se donner un accès plus aisé aux investisseurs internationaux.

"Avec Bruxelles, nous avons opté pour un hub central au sein de l’Union européenne, a déclaré une porte-parole du groupe hellénique. Une cotation sur le groupe boursier Euronext doit améliorer l’accès au marché des actions et des obligations et ainsi réduire les coûts de financement et soutenir la croissance."

Le plus grand en Grèce

Titan n’est pas un acteur insignifiant. L’entreprise, fondée en 1902, fut le premier cimentier en Grèce avant d’en devenir le plus important. Titan a fourni, entre autres, le béton pour le nouvel aéroport d’Athènes et pour le pont Charilaos Trikoupis, l’un des plus longs ponts à haubans au monde.

Avec Bruxelles, nous avons opté pour un hub central au sein de l’Union européenne.
Porte-parole de Titan Cement

L’an dernier, Titan Cement a dégagé un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros, dont il a tiré un bénéfice de 44 millions.

Depuis 2014, la société distribue chaque année un dividende avec un rendement brut de 0,8%. Le "free-float", autrement dit la partie du capital qui n’est pas détenue par les principaux actionnaires, dépasse les 55%.

En investissant la place boursière bruxelloise, Titan entend soutenir sa "trajectoire de croissance indépendante dans un environnement international caractérisé par une concurrence toujours plus intense, des incertitudes croissantes et de défis multiples".

La 3e valeur grecque

Titan Cement, qui s’engage à ne pas réduire ses activités opérationnelles dans son pays d’origine, est déjà la troisième valeur grecque cotée à Bruxelles. En 2013, le holding industriel Viohalco avait choisi notre marché comme place de référence. Trois ans plus tard, il a intégré ses activités de pipelines et de câbles à haute tension dans Cenergy Holdings , qui est également cotée à Bruxelles.

Des raisons fiscales et juridiques expliquent également pourquoi les entreprises grecques optent pour d’autres nationalités.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect