Trafigura va prendre le contrôle de Nyrstar, l'action s'effondre

©rv

Les activités opérationnelles de Nyrstar vont être transférées dans une nouvelle société qui sera contrôlée à 98% par Trafigura. Les petits actionnaires sont laissés sur le bord de la route. Nyrstar dégringolait de 49% à l'ouverture.

Le plan de sauvetage de Nyrstar est enfin publié et ne comporte pas, comme on l'a cru un temps, d'augmentation de capital massive mais les petits porteurs n'en seront pas moins très fortement dilués.

La recapitalisation prévue repose sur la vente par Nyrstar de ses activités opérationnelles à une nouvelle société ("NewCo") à créer. Selon les termes de l’accord, Trafigura deviendra propriétaire à 98% de la nouvelle société, le solde, soit 2%, sera détenu par Nyrstar.

Les actionnaires actuels de Nyrstar, autres que Trafigura, resteront donc propriétaires d'un groupe quasi vidé de ses activités avec seulement une participation 2%  dans la "NewCo".

"Les actionnaires actuels de Nyrstar seront très dilués entraînant une reprise économique très limitée de l’action qui dépendra des distributions (dividende, NDLR) payés à Nyrstar pour sa participation de 2% dans la nouvelle société opérationnelle" souligne Nyrstar dans un communiqué.

La cotation du titre qui est suspendue depuis plusieurs jours reprendra ce lundi.

Convention de blocage

Avant d’arriver à cette cession des activités opérationnelles, Nyrstar a conclu avec une partie de ses créanciers une convention de blocage qui devrait permettre de mettre en œuvre le plan de recapitalisation. Quelque 44,8% des obligataires ont signé cette convention. Le groupe va tenter d’obtenir le soutien des autres créanciers.

Cette convention est aussi soutenue par Trafigura, l’actionnaire principal de Nyrstar à hauteur de 25% en tant que prêteur de 650 millions de dollars.

Pendant le temps de cette convention, les parties ont  convenu de suspendre et de reporter certains montants exigibles tant en capital qu’en intérêts.

Crédit-pont

En parallèle, Trafigura va fournir une facilité de crédit de 250 millions de dollars à Nyrstar afin de renforcer sa position de liquidités. Ce crédit-pont arrivera à maturité le 30 août 2019 soit la date prévue de fin de la convention de blocage.

Les obligataires actuels de Nyrstar recevront, en échange de leurs titres, des obligations de Trafigura sous trois formes différentes totalisant un montant de 568 millions d’euros.

 

Opération saluée par les syndicats 

Les syndicats de la FGTB Metal et de l'ACV-CSC Metea accueillent positivement la reprise de Nyrstar par son actionnaire principal, Trafigura.

Ils entrevoient dans l'opération un développement positif. "Depuis longtemps, nous disons que l'endettement du groupe détruit une usine qui fonctionne bien. C'est donc une bonne décision."

Hans Vaneerdewegh (FGTB) affirme que Trafigura, qui détient déjà 98% du groupe, a indiqué son intention d'investir dans le site de Balen. "C'est une bonne nouvelle pour les salariés, que désormais le lourd fardeau de la dette tombe sur les épaules du groupe."

Dirk Van der Eycken (ACV-CSC) espère que cette reprise apportera la stabilité nécessaire à l'entreprise. "Avoir maintenant une solution pour la dette de Nyrstar est une bonne chose."

Les syndicats attendent désormais les détails du deal. Les sites de Nyrstar à Balen (province d'Anvers) et Pelt (province du Limbourg) emploient au total 550 personnes.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect