1

Ambiance tendue entre deux journalistes de la RTBF

Benjamin Maréchal et Bertrand Henne, deux journalistes radio de la RTBF. ©doc

Les deux journalistes de la RTBF Benjamin Maréchal et Bertrand Henne n'ont pas la même vision des choses... et le font savoir publiquement.

Il s'appelait Ulysse. Ce jeune garçon de 12 ans a été fauché par une voiture à Pecq, près de Tournai, mi-novembre alors qu'il marchait sur le côté de la route avec sa troupe de scouts. 

Deux jours après, le journaliste Benjamin Maréchal a fait référence à ce drame pendant son émission "C'est vous qui le dites!" sur Vivacité. Il a demandé à ses auditeurs si "rouler au-delà de 60-70 km/h quand on approche une troupe de scouts, c'est forcément un risque ou pas toujours?".

"Faire le buzz à n'importe quel prix"

C'était la phrase de trop pour le présentateur radio régulièrement critiqué. Un collectif de signataires a dénoncé son manque de respect face à la famille en deuil. Sécurité routière, aménagement des routes, hommage, gestion du deuil... les questions ne manquent pas, et pourtant Benjamin Maréchal a opté pour une "question absurde", "dénuée d'intérêt en termes d'information" et "ignoble par l'effet qu'elle ne manque pas d'avoir sur tous les proches".

Le collectif demande dès lors au ministre des Médias et aux parlementaires de la commission média de prendre des mesures "pour qu’une telle récupération d’une tragédie pour faire le buzz à n’importe quel prix ne soit plus possible dans le cadre d’un média du service public".

Tensions internes

"Ce type est une insulte au service public."
Bertrand Henne
Journalisteà La Première

Mais la question posée par Benjamin Maréchal a également hérissé les cheveux sur la tête de son collègue Bertrand Henne, journaliste pour la radio La Première. Ce dernier a même décidé de rendre publique son indignation. Il a relayé la lettre du collectif sur sa page Facebook et dans un commentaire sur les réseaux sociaux, il a déclaré que "ce type est une insulte au service public".

 Mais à laver son linge sale en public, on peut s’attirer les foudres de sa famille. Bertrand Henne a donc été convoqué par Jean-Paul Philippot, l’administrateur général de la RTBF pour s’expliquer. À nouveau sur sa page Facebook, le journaliste a affirmé que "cette rencontre s’est bien passée. Nous avons pu échanger sereinement nos points de vue. Il n’a à aucun moment été question de sanctions ou d’un blâme à mon encontre." Une seule recommandation? "Tenir ce genre de débat en interne à l’avenir." 

Le CSA alerté

Bien que Benjamin Maréchal ait affirmé à plusieurs médias que son émission n'a porté que sur la sécurité routière et non sur l'intime, il semblerait que tous les auditeurs ne soient pas d'accord. Plusieurs plaintes ont en effet été adressées au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) qui a décidé jeudi d'ouvrir un dossier. Il a adressé une série de questions à la RTBF. Le service juridique a été contacté, mais le service public se tient bien d'apporter de l'eau au moulin en ne s'exprimant pas publiquement sur cette affaire.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content