Kevin Mayer, le colosse de Disney capté par la Chine

Kevin Mayer quitte ses fonctions de patron de la division streaming de Disney. ©AFP

Fort de son succès dans le streaming du côté du géant américain du divertissement, Kevin Mayer prendra finalement la tête du très populaire réseau social TikTok.

C'est un coup dur pour Disney, frappé de plein fouet, du côté de ses parcs, par la crise du coronavirus. Alors que le streaming n'a jamais été aussi important pour le géant américain du divertissement, l'un de ses talents prend la porte du royaume enchanté, a-t-on appris ce mardi.

Aussitôt remplacé

Sa place à peine laissée vide, Kevin Mayer sera remplacé par une autre vétéran de Disney: Rebecca Campbell. Depuis 12 ans dans le groupe, elle chapeautait jusqu'ici quelque 31.000 collaborateurs du côté du Disneyland Resort, le parc de loisirs californien de Disney.

Et si le nom de Kevin Mayer ne vous dira peut-être rien, il s'agit pourtant là de la cheville ouvrière ayant permis à sa plateforme Disney+ d'atteindre aujourd'hui les 55 millions d'abonnés de par le monde. Et ce, en six mois à peine, alors que le géant du secteur, Netflix, tourne, lui, à un peu plus de 180 millions d'abonnés depuis un lancement dans la vidéo à la demande en 2007 déjà.

Casquette de CEO passée sous le nez

Mais voilà, il convient de remettre les choses dans leur contexte pour comprendre ce départ. Malgré une performance louable, aussi à noter du côté de la joint-venture Hulu et de la plateforme dédiée au sport ESPN+, la casquette de CEO lui avait récemment été refusée, au profit de l'ex-patron des parcs d'attractions, Bob Chapek.

Le profil
  • Né en 1962 dans la banlieue de Washington, il est ingénieur et titulaire d'un MBA (Harvard).
  • Il entre pour la première fois chez Disney dans les années 90. Avant quelques infidélités.
  • En 2000, par exemple, il prend la tête de Playboy.com, qu'il quitte la même année pour Clear Channel Interactive, filiale du géant de l'affichage publicitaire, active dans les radios et chaînes télé.
  • Après un passage dans la consultance, il revient finalement chez Disney, où il chapeautera de nombreuses acquisitions du groupe.
  • En 2018, il prend les commandes de la division streaming.
  • En 2020, il quitte Disney au profit de TikTok, dont il deviendra CEO.

L'occasion parfaite pour le groupe chinois ByteDance, maison mère de l'hyper populaire réseau social TikTok, de venir faire les yeux doux à ce profil de poids du secteur des médias. Qui, en passant, rapportera directement au fondateur Zhang Yiming, depuis son futur poste de CEO.

Avec une mission claire: le "développement international du groupe" (en ce compris en Belgique, au Japon et au Portugal) aux plus de 700 millions d'utilisateurs. Cet ingénieur se devant de superviser les ventes, le marketing, les relations publiques, la sécurité, la modération des contenus et les affaires juridiques, précise ByteDance.

Ce qui n'aura rien d'une sinécure quand on sait que plusieurs groupes américains de défense des droits des mineurs et des consommateurs ont annoncé la semaine dernière encore poursuivre en justice le réseau social pour non-respect de la protection de la vie privée des moins de 13 ans. Estimant notamment que TikTok collecte des informations personnelles sur des mineurs sans en avertir ou demander l'accord de leurs parents.

"Mini McKinsey", de toutes les acquisitions

Mais pas de quoi effrayer le quinquagénaire, qui en a vu d'autres. En effet, à ses débuts, titulaire d'un tout frais MBA, ses collègues le surnommaient même le "mini McKinsey", en référence à la boîte de consultance bien connue dont il est capable de la même capacité d'adaptation.

71,3
milliards $
Il chapeaute en personne la reprise des actifs de 21st Century Fox, raflés au grand dam de Comcast en mars 2019 pour l'astronomique somme de 71,3 milliards de dollars.

Une qualité que l'homme a cultivée - grimpant les échelons au passage - au fil des années, chapeautant les importantes opérations de rachat des quinze dernières années de la Walt Disney Company: Pixar (7,4 milliards de dollars en 2006), Marvel (4 milliards en 2009), Lucasfilm (4 milliards en 2012) et, le gros morceau, la reprise des actifs de la 21st Century Fox, raflés au grand dam de Comcast en mars 2019 pour l'astronomique somme de 71,3 milliards de dollars. Il avait d'ailleurs mené en personne cette dernière opération au cœur du Moraga Bel Air, le vignoble californien de Rupert Murdoch, enchaînant dix nuits blanches.

Cela lui avait valu la très grande estime de Bob Iger, le charismatique ex-patron du groupe. Mais apparemment pas assez pour le remplacer, faute d'un aval du CA. De quoi l'amener à clôturer le chapitre du royaume de Mickey. Pour embarquer dans le monde des réseaux sociaux.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés