LN24 décroche aussi un réseau radio, Mint sur la touche

Martin Buxant et Joan Condijts, deux des trois fondateurs de LN24.

Le nouveau plan de fréquences radio est tombé. La future première chaîne d'information en continu LN24 a reçu l'aval du CSA pour lancer sa propre radio cet automne. DH Radio (IPM), Mint (RTL), le projet des télévisions locales, entre autres, repartent les mains vides.

Le nouveau plan de fréquences radio FM et numérique DAB+  a été dévoilé inopinément alors que les décisions du Collège d’autorisation et de contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) étaient censées être notifiées aux radios ce mardi et communiquées officiellement le lendemain. Mais une indiscrétion du Soir a mis à mal le plan com’ du CSA.

Si les quatre réseaux communautaires, qui couvrent l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ne changent pas - Bel RTL, Contact, Nostalgie et NRJ gardent leurs fréquences - , en revanche, la donne change pour les réseaux multivilles (couvrant les principales villes et les grands axes routiers), pour lesquels la bataille faisait rage puisqu’il y avait huit candidats pour seulement deux réseaux.

Verdict: Fun conserve le sien, le deuxième revenant à LN24. La future première chaîne francophone d’information en continu récupère le réseau actuellement détenu par DH Radio (IPM).

Embouteillage

Durant quatre mois, huit candidats ont fait les yeux doux à ce réseau "U2". D’abord RTL, qui voulait retrouver une place sur la bande FM pour sa troisième radio, Mint. Demande rejetée. Mais aussi NGroup (Nostalgie, NRJ), qui voulait lancer son réseau Chérie FM (disponible uniquement sur le web) et donner naissance à Goldie, dédiée aux titres "oldies". Deux dossiers également recalés. Les télévisions locales voulaient elles aussi se faufiler sur le réseau FM pour décliner leur concept télé. En vain. Exit aussi le projet de radio dédié à la chanson française MFM, un format d’origine française (100 fréquences dans l’Hexagone) qu’entendaient déployer en Belgique des actionnaires de Fun Radio Belgique et le groupe Nethys via les Editions de l’Avenir.

Les radios restées sur la touche de la FM pourront se consoler en exploitant un réseau numérique en DAB+, pour lequel un appel à candidatures était pour la première fois organisé.

Le CSA a eu beau préciser qu’"aucune communication officielle ne serait rendue publique avant l’envoi des courriers aux éditeurs qui ont candidaté et que la liste des candidats retenus et non retenus devrait être publiée dans le courant de la journée du mercredi 17 juillet", personne n’est dupe. Dans un communiqué, le groupe RTL a d’ailleurs acté la décision du CSA et souhaité "bon courage et bonne chance" à LN24.

 Les radios restées sur la touche de la FM pourront se consoler en exploitant un réseau numérique en DAB+pour lequel un appel à candidatures était pour la première fois organisé. C’est certes la radio du futur, quand la FM disparaîtra d’ici quelques années, mais sa rentabilité est encore aléatoire. Raison pour laquelle RTL a indiqué que la décision du CSA mettait un terme définitif au projet Mint. Au contraire d’IPM qui, dans un message a envoyé à son personnel, a indiqué qu’il introduirait un recours devant le Conseil d’Etat si les motivations du CSA devaient s’avérer peu convaincantes à ses yeux.

Diversité

Le CSA a donc visiblement opté pour le choix de la diversité de l’offre dans un paysage fortement dominé par les radios musicales. Ce critère de diversité figurait parmi d’autres, comme les quotas musicaux, la solidité du plan financier, l’expérience dans le secteur, l’originalité des services proposés, l’emploi, etc. Reste à présent à LN24 à mettre son projet radio sur pied alors que sa chaîne de télévision débarquera le 2 septembre. Comme les autres éditeurs, elle a maximum 18 mois pour s’exécuter.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect