Motion de méfiance et préavis de grève à la RTBF

©Photo News

La Société des journalistes du service audiovisuel public dénonce "l’échec du plan de transformation de la rédaction".

La colère gronde au sein de la rédaction de la RTBF (environ 300 journalistes). Réunie mardi soir en assemblée générale, elle a entamé un bras de fer avec l’administrateur général Jean-Paul Philippot et le directeur de l’information Jean-Pierre Jacqmin.

La diminution des piges et la réorganisation de la rédaction conduisent tous les pôles thématiques et géographiques à considérer leur effectif minimum comme désormais un maximum.
sdj

Dans un courrier, dont L’Écho a pu prendre connaissance, la SDJ dit "constater l’échec de la transformation de la rédaction, un an après sa mise en œuvre".

"Cette transformation reposait sur un contrat, indique cette missive au picrate. Les journalistes acceptaient de fonctionner de manière plus transversale et plus flexible pour proposer une information à 360° et déclinée en fonction de nos différents publics. La direction leur promettait que ce nouveau fonctionnement permettrait davantage d’infos 'Made in RTBF', davantage d’investigation, le développement de l’expertise avec des moyens humains et financiers constants. Un an plus tard, nous estimons avoir rempli notre part du contrat, mais constatons que les promesses de la transformation ne sont pas tenues."

Qu'est ce qui coince?

Plusieurs problèmes sont pointés, comme "la planification centralisée et sa gestion très impersonnelle et bureaucratique" ainsi que "des rigidités de fonctionnement qui s’accommodent peu avec le fonctionnement d’une rédaction".

Autres griefs:

> Les effectifs: "La diminution des piges et la réorganisation de la rédaction conduisent tous les pôles thématiques et géographiques à considérer leur effectif minimum comme désormais un maximum."
> L'expertise: La difficulté pour les journalistes de s’installer dans un domaine d’expertise, "pourtant une nécessité absolue pour l’avenir de l’information de service public et pour la crédibilité de la RTBF auprès de tous les publics".

Méfiance, méfiance

Selon la SDJ, "les journalistes ont le sentiment d’avoir été floués, qu’il y a un plan d’économies caché sur l’info et un manque de transparence sur les moyens financiers et humains dédiés à l’information". Elle dit avoir signalé très régulièrement ce malaise à la hiérarchie sans constater de véritable amélioration. Elle ajoute les nombreux jours de maladies de longue durée ainsi que les départs de journalistes.

Si bien que la SDJ a déposé une motion de méfiance à l’égard du modèle de transformation appliqué à la rédaction et à l’égard de ses décideurs. Elle va entamer une concertation avec les syndicats en vue du dépôt d’un préavis de grève.

Les bugs mis en cause

Un ensemble de pistes ont été évoquées, j’attends le retour de la SDJ pour démarrer le travail sur l’organisation.
Jean-Paul Philippot
administrateur général de la rtbf

Selon nos informations, Jean-Paul Philippot a rencontré mercredi une délégation de la SDJ afin d’écouter ses griefs et proposer des solutions. Il en ressort que la SDJ ne remet pas en cause la nouvelle organisation mais plutôt les bugs dans sa mise en œuvre.

Dans un mail interne, la direction indique que, dans le courant de la semaine prochaine, une réunion sera organisée pour répondre à l’ensemble des questions des journalistes sur les moyens financiers et humains. L’administrateur général y précise que le plan de transformation n’est pas synonyme de réduction de moyens.

On y apprend aussi qu’un conseiller interne en charge de l’amélioration continue a été mandaté pour analyser les processus avec les différentes parties prenantes. Réitérant sa confiance dans ses équipe, le patron de la RTBF ajoute "qu’il n’y a pas de tabou sur l’organisation". "Un ensemble de pistes ont été évoquées, j’attends le retour de la SDJ pour démarrer le travail sur l’organisation."


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect