Politico prévoit le break-even cette année

Pour la deuxième fois consécutive, Politico a été élue publication la plus influente parmi les leaders d'opinion de l'Union européenne selon une étude Burson-Marsteller/ComRes ©Jonas Roosens

Le site d’informations dédiées à l’actualité européenne a vu ses ventes grimper de 28% l’an dernier. Après des années de pertes, il devrait être à l’équilibre en 2019.

Dans le paysage médiatique belge et européen, Politico Europe détone quelque peu. Né au printemps 2015, sur les cendres de l’ex-European Voice, le média basé dans le quartier européen de Bruxelles est non seulement dédié à l’actualité européenne, mais il constitue en outre une véritable plateforme mêlant contenus en ligne (gratuits et payants), papier et organisation d’événements.

Un produit inspiré de son équivalent américain Politico USA qui fait la pluie et le beau temps à Washington. Ce dernier en est l’actionnaire aux côtés du géant allemand des médias Axel Springer.

Promesse tenue

"Nous sommes clairement dans le business to business; quelque 900 organisations et entreprises sont abonnées à nos publications"
Shéhérazade Semsar
CEO de Politico Europe

Au printemps 2016, la CEO Shéhérazade Semsar avait assuré que la plateforme serait à l’équilibre dans les trois à cinq ans. Elle semble avoir tenu parole. "Nous serons au break-even en 2019, assure-t-elle; en 2018, nous avons réduit nos pertes de 4,5 millions pour atteindre 900.000 euros alors que notre chiffre d’affaires a progressé de 23% pour atteindre 20,1 millions (ce chiffre inclut la filiale française dédiée aux seuls événements NDLR), dont plus de 16 en Belgique."

On s’en doute, l’actualité politique récente – Brexit, élections, crise migratoire, etc. – n’est pas étrangère à ces chiffres flatteurs. Chez Politico, on est ainsi fiers d’avoir été qualifié pour la deuxième année consécutive comme étant la publication la plus influente parmi les leaders d'opinion de l'Union européenne, selon une étude Burson-Marsteller/ComRes.

B-to-B

A ses débuts, Politico a fonctionné comme une start-up. Elle a généré des pertes suite à ses investissements. Notamment dans l’humain puisque la plateforme compte aujourd’hui 130 équivalent temps-pleins (110 en 2017) dont 70 journalistes issus de 19 nationalités travaillant dans quatre bureaux (Bruxelles, Paris, Berlin et Londres).

7.000 euros
par abonnement
C'est le prix moyen d'un abonnement aux publications de Politico, mais certains peuvent grimper jusqu'à 120.000 euros

Ils produisent différents contenus, essentiellement des analyses et coulisses autour de l’actualité européenne, à destination d’un public d’initiés: commissaires, députés et fonctionnaires européens, lobbystes, consultants, ONG, grandes entreprises, etc. "Nous sommes clairement dans le business to business, résume Shéhérazade Semsar; quelque 900 organisations et entreprises sont abonnées à nos publications, c’est deux fois plus qu’en 2016."

Le prix moyen de l’abonnement n’est, de fait, pas vraiment accessible au grand public. Comptez en moyenne 7.000 euros par abonnement, la fourchette allant de 5.000 à… 120.000 euros! "Tout dépend du nombre de thématiques que choisissent les clients, il y en a au total une douzaine comme la politique agricole, la santé, l’énergie, etc.", poursuit Shéhérazade Semsar. Une 13ème dédiée à la cybersécurité sera bientôt lancée.

Nouveaux outils

Il y a un peu plus d’un an, Politico a aussi acquis la plateforme d’intelligence réglementaire Statehill, ce qui lui a permis de développer l’outil Pro Intelligence permettant de suivre quasiment en direct l’évolution des différentes législations et réglementations préparées par l’Union européenne. "Cela nous a permis d’augmenter nos tarifs et donc nos revenus", se félicite Shéhérazade Semsar.

L'outil Pro Intelligence "nous a permis d’augmenter nos tarifs et donc nos revenus."
Shéhérazade Semsar

Ces lucratifs abonnements constituent la moitié des recettes de Politico. Le solde vient de la publicité (25%) et des événements (25%), soit des conférences et tables rondes autour de thématiques d’actualité organisées dans les grandes capitales européenne et sponsorisées par de grands groupes et lobbies. Exemple, une conférence sur le futur de la 5G en Europe se tiendra à Bruxelles début septembre.

A cela s’ajoutent les contenus gratuits: site web (2,3 millions de visiteurs uniques par mois), newsletter quotidienne Playbook envoyée à 90.000 internautes et hebdo papier distribué gratuitement à 15.000 exemplaires dans les milieux et le quartier européens.

Proche donc de l’équilibre, Politico entend continuer à croître. Au programme : nouvelle interface pour Politico Pro avec des outils d’intelligence artificielle, développement de la plateforme Poll of Polls (une sorte d’agrégateur de sondages locaux) récemment acquise et, pour 2020, développement de podcasts et de contenus vidéo, "pour autant, prévient sa CEO, qu’il y ait un modèle économique viable derrière".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect