RTBF et La Libre s'associent à la Flandre pour leur baromètre politique

©Photo News

RTBF et la Libre emboîtent le pas à RTL et Le Soir en s'alliant à la presse flamande pour le futur baromètre politique. Un baromètre semestriel cette fois. Verdict à la fin du mois.

Il y a une semaine, la RTBF et La Libre annonçaient faire l'impasse, pour la seconde fois consécutive, sur leur baromètre politique trimestriel. "D’ici peu, la RTBF et La Libre communiqueront ensemble sur la suite des sondages qu’ils vont faire", avait-on expliqué du côté de la RTBF.

Le lendemain, RTL/Le Soir sortaient leur baromètre. Ils faisaient mouche en publiant la sacralisation de DéFI face à la déchéance du PS et du cdH en Wallonie et à Bruxelles.

Aujourd'hui, La RTBF et La Libre réagissent. "La RTBF et La Libre rejoignent la VRT et De Standaard pour créer ensemble un baromètre politique des trois régions du pays", annonce la direction générale de la chaîne publique.

Objectif: mesurer semestriellement les intentions de vote en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles; mais aussi établir les cotes de popularité de 30 personnalités politiques.

Pour ce faire, comme ce fut le cas pour RTL et Le Soir avec VTM et Het Laatste Nieuws, La RTBF et La Libre s'associent donc à la presse flamande.

©LDKN

Une belle synergie de coûts au final? Davantage de médias participants; un baromètre moins fréquent (deux par an au lieu de 4 par an), et pour un nombre presque semblable de personnes sondées. "Pas totalement", précise Nathalie Pierard porte-parole de la RTBF. "Le nouveau sondage sera effectué par téléphone, là où avant il était effectué par internet. Cela coûte donc plus cher".

L'autre avantage de cette nouvelle formule réside aussi dans la possibilité pour la presse flamande d'avoir également accès à un sondage sur les intentions de vote des francophones. "Nous avions un sondage sur les intentions en Flandre mais ce n'était pas le cas pour la presse flamande."  

Ce sondage, qui sera réalisé par l'Institut Kantar TNS, interrogera par téléphone plus de 2.000 Wallons et Flamands et 750 Bruxellois. Jusqu'ici, Dedicated Research sondait via le net les intentions de vote de 2.900 personnes.

Le premier baromètre "nouvelle formule" est attendu à la fin du mois.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content