Apple déçoit avec son offre anti-Netflix

Tim Cook, patron d'Apple ©REUTERS

Apple a dévoilé ce lundi soir un nouveau service de médias, avec ses propres séries et films. "Apple TV+" doit relever le défi de concurrencer Netflix. Mais l'annonce du géant américain a plutôt déçu, l'action a clôturé en baisse de 1,2% à New York.

Apple a annoncé ce lundi lors d'un événement organisé à son siège de Cupertino (Californie) l'arrivée d'un service de vidéo en streaming, baptisé "Apple TV+", qui proposera notamment des contenus originaux, un produit destiné à venir concurrencer Netflix, leader du secteur.

Le service sera disponible dans plus de 100 pays sur plusieurs supports, dont les Mac, l'iPhone et l'Apple TV, mais aussi sur les téléviseurs connectés de LG, Samsung et Sony dès l'automne prochain.

Un accès sera donné à un large catalogue de films et séries, mais aussi à des chaines de télévisions américaines populaires comme HBO ou CBS. Hulu - entreprise commune de The Walt Disney Company, NBCUniversal et WarnerMedia - et Prime - service d'Amazon - sont compris, mais seront payants - les abonnements seront vendus séparément - tandis que Netflix n'est pas au programme... Le service sera disponible dans plus de 100 pays sur plusieurs supports, dont les Mac, l'iPhone et l'Apple TV, mais aussi sur les téléviseurs connectés de LG, Samsung et Sony dès l'automne prochain.

Le service sera agrémenté notamment de contenus élaborés par le réalisateur Steven Spielberg, les actrices Reese Witherspoon et Jennifer Aniston, ou encore Steve Carrell, venus sur scène faire la promotion du service. Apple a notamment annoncé une nouvelle série télévisée "Little America", qui racontera le quotidien des migrants aux Etats-Unis, et "Sesame Street", une nouvelle série télévisée pour les enfants.

La star américaine Oprah Winfrey fera également partie de l'aventure et va proposer deux documentaires exclusifs à la plate-forme.

Combien ça coûtera? Gros point d'interrogation sur le prix, qu'Apple n'a pas annoncé tout en promettant un lancement pour l'automne.

Presse, jeux vidéo et carte de crédit

"Nous croyons en la puissance de journalisme et l'impact qu'il a sur nos vies. Nous pensons qu'Apple News+ sera super pour les consommateurs et les éditeurs" de presse.
Tim Cook
Patron d'Apple

Le géant technologique, qui cherche à se renforcer dans les services, a également annoncé un service d'abonnements presse, comprenant des quotidiens et plus de 300 magazines, baptisé "Apple News+", à 9,99 dollars par mois. Ce service, disponible dès ce lundi aux Etats-Unis et au Canada, permet l'accès - via une application unique - à des titres comme Marie-Claire, Vogue, GQ, National Geographic. Le choix est nettement plus limité pour ce qui est de la presse quotidienne, avec toutefois deux titres américains, le Los Angeles Times et le Wall Street Journal, ainsi que le canadien The Star. Un abonnement permettra à tous les membres d'une même famille d'accéder aux articles.

Le service sera disponible d'ici quelques mois en Australie puis en Europe, d'abord au Royaume-Uni, a précisé le patron d'Apple Tim Cook. "Nous croyons en la puissance de journalisme et l'impact qu'il a sur nos vies. Nous pensons qu'Apple News+ sera super pour les consommateurs et les éditeurs" de presse, a ajouté Cook. Rappelons qu'en Belgique, Apple News n'est pas encore officiellement disponible, ce qui pose donc question par rapport à la disponibilité de ce nouveau service chez nous.

  • Par ailleurs, un service d'abonnement à des jeux vidéo appelé "Apple Arcade" a également été dévoilé. Cet abonnement permettra à partir de cet automne de télécharger des jeux sur son téléphone mobile ou son ordinateur. "Il s'agit du premier service d'abonnement à des jeux" sur appareils mobile ou ordinateur, ont indiqué les responsables de la marque. Les joueurs pourront télécharger "plus de 100 jeux nouveaux et exclusifs". Le service sera disponible sur iPhone, Apple TV, Mac et iPad. "Tous les jeux pourront être joués hors-ligne", a confirmé Tim Cook. Le service sera proposé dans plus de 150 pays dans le monde.
  • Apple a aussi annoncé lors de cet événement l'arrivée d'une carte de crédit, l'"Apple Card", en lien avec la banque Goldman Sachs et Mastercard. Elle sera disponible aux Etats-Unis cet été. "Nous voulons éliminer les frais, baisser les taux d'intérêt et régler les problèmes de sécurité", a indiqué Tim Cook. La carte fonctionnera partout où Apple Pay est supporté. "Intelligente", elle donnera plus d'informations sur les transactions, notamment le lieu de celles-ci. La marque à la pomme promet également une carte sans frais internationaux, sans frais d'enregistrements et sans frais annuels. Elle n'aura pas non plus de numéro CVV, de date d'expiration ou encore de signature. L'accès sera sécurisé par Face ID et Touch ID.

A Wall Street, l'annonce n'a pas vraiment provoqué l'enthousiasme des investisseurs. Apple a lâché 1,21%, accusant le plus net repli du Dow Jones.

Trois autres plateformes vidéo en vue d'ici 2020

Outre celle d’Apple, trois autres plateformes de vidéo à la demande par abonnement vont débarquer d’ici 2020.

Disney +est celle qui risque de faire le plus mal à Netflix. Outre son catalogue originel, riche de ses films d’animation, s’ajoutent ceux des studios repris ces dernières années: Pixar, Lucasfilm (Star Wars), Marvel et, pas plus tard que la semaine dernière, la 21st Century Fox. Selon des analystes, la force de frappe de Disney devrait lui permettre de rivaliser voire même de dépasser Netflix en quelques années.

Warner Media. Le géant des télécoms AT&T, entend cette année encore se lancer dans ce créneau. Pour ce faire il va s’appuyer sur le catalogue des studios Warner entrés dans son giron suite à l’acquisition de Time Warner, rebaptisée Warner Media. Il pourra lui aussi s’appuyer sur un catalogue très riche, issu des studios Warner, de la chaîne payante HBO ("Game of Thrones", "Les Sopranos"…) et des chaînes de Turner.

NBCUniversal. Détenu par le câblo-opérateur Comcast, le studio se lancera dans l’aventure en 2020 avec, lui aussi, une offre de contenus très riche issue des célèbres studios hollywoodiens. Il se dit qu’il pourrait s’inspirer de ce que fait Hulu en combinant un abonnement à bas coût avec des publicités.

Jean-François Sacré

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect