Apple va booster ses investissements aux Etats-Unis et créer 20.000 emplois

Apple veut investir dans des technologies de pointe, comme l'IA et la 5G. ©AFP

La firme américaine vient d’annoncer son projet d’investir 430 milliards de dollars aux États-Unis d'ici cinq ans. Elle prévoit aussi de créer 20.000 emplois.

Rien ne semble arrêter la firme à la pomme, même pas le coronavirus... Apple prévoit en effet d'accélérer ses investissements dans l'économie américaine au cours des cinq prochaines années, en les portant à 430 milliards de dollars, soit une hausse d'environ 20%.

L'entreprise américaine, qui a vu ses ventes de smartphones croître fortement au dernier trimestre de 2020 malgré une baisse des ventes de 5% pour le secteur entier, compte désormais investir dans divers domaines, notamment la 5G et l'intelligence artificielle.

"Au cours des trois dernières années, la contribution d'Apple à l'économie américaine a largement dépassé l'objectif quinquennal initial de 350 milliards de dollars fixé en 2018", explique notamment le géant californien dans un communiqué publié lundi.  

Les projets d'investissement comprennent "les dépenses directes auprès des fournisseurs, les investissements dans les centres de données, les dépenses en capital, et d'autres investissements tels que des dizaines de productions d'Apple TV dans vingt États", détaille l'entreprise.

Nouveau campus, nouveaux emplois

Apple, qui détenait environ 15% de parts de marché des ventes de smartphones en 2020, prévoit également de créer 20.000 emplois sur l'ensemble du territoire dans les cinq prochaines années, en augmentant notamment ses effectifs en Californie, dans le Colorado et au Texas, où un campus est en cours de construction à Austin.

"Nous créons des emplois dans des technologies de pointe, allant de la 5G à l'ingénierie du silicium en passant par l'intelligence artificielle."
Tim Cook
CEO d'Apple

En Caroline du Nord, l'entreprise prévoit d'investir plus d'un milliard de dollars dans la construction d'un nouveau campus et d'un centre d'ingénierie, qui engendreront 3.000 nouveaux emplois, dont certains dans le domaine de l'intelligence artificielle.

"Nous créons des emplois dans des technologies de pointe, allant de la 5G à l'ingénierie du silicium en passant par l'intelligence artificielle, en investissant dans la prochaine génération d'entreprises innovantes", souligne le CEO du groupe Tim Cook, cité dans le communiqué d'Apple.

Le fabricant de l'iPhone affirme par ailleurs être le plus gros contribuable des États-Unis, avec près de 45 milliards de dollars en impôts sur les sociétés payés lors des cinq dernières années, et soutenir 2,7 millions d'emplois, par le biais d'emplois directs, à travers ses dépenses auprès de ses fournisseurs, ou via l'économie des applications mobiles.

À point nommé

Bien que rien ne semble en mesure d'arrêter la croissance du groupe de Cupertino, dont les actions ont grimpé d’environ 200% depuis l’annonce du dernier plan d’investissement en 2018, ce nouveau plan arrive toutefois à point nommé.

Le Président américain Joe Biden propose en effet d’exercer des prélèvements plus importants sur les profits réalisés en dehors des États-Unis par des firmes américaines, ce qui nuirait aux géants de la tech comme Apple et Microsoft, qui ont réalisé plus de 100 milliards de dollars de bénéfices à l’étranger lors de leur dernier exercice financier.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés